L’année 2017 du GF38 : mars

À quelques heures seulement de la fin de 2017, retour sur l’année écoulée vécue avec le GF 38. Une rétrospective qui, à l’heure de faire le bilan de ces douze mois, prête à sourire lorsqu’on s’amuse à comparer certaines similitudes ou différences entre le début et la fin de l’année. Mais comme l’a régulièrement rappelé Olivier Guégan ces dernières semaines – à raison, entendons-nous là-dessus ! – 2017 reste, quoi qu’il en soit, une incroyable année en terme de résultats pour Grenoble. Épisode 3 : mars, le GF est sur une autre planète. 




Le mois de mars commence comme a terminé celui de février… ou presque ! Si Grenoble revient de Reims avec la victoire, le scénario est quand même rocambolesque. Déjà, c’est anecdotique mais mérite d’être souligné, ce match signe le retour de Guégan au stade de Reims depuis son éviction mais aussi celui d’Edwin Maanane. L’avant-centre sera d’ailleurs l’un des protagonistes principaux de la rencontre. Les Rouge et Blanc concèdent un pénalty (spoiler : ce n’est pas la première fois qu’on met Grenoble et pénalty dans la même phrase… et ce n’est pas non plus la dernière !) et sont réduits à 10 avant la mi-temps : autant dire que tout devrait aller pour Grenoble. Seulement… Maanane RATE son pénalty et Reims ouvre le score quelques minutes plus tard. En infériorité numérique, les locaux mènent au score. Mais ce sont bien les Grenoblois qui vont repartir avec les trois points de la victoire grâce à trois buts marqués en seconde période : Dady Ngoy (doublé) et… Maanane, évidemment.

Dans la foulée, réception de Villefranche, longtemps en course pour jouer la montée mais désormais décroché, au stade des alpes. Les Grenoblois continuent de planter et mettent définitivement fin aux espoirs des Caladois. Quatrième match consécutif avec au moins trois buts marqués. Cette fois, pas de Maanane mais un Florian David en grande forme et un Maxime Spano décisif et auteur d’un doublé.

Troisième match du mois à Saint-Louis-Neuweg. Alors que Le Puy ne faiblit pas, Grenoble doit toujours espérer un faux pas du leader pour espérer le reprendre avant la confrontation directe du mois de mai. Dans un match extrêmement fermé, les Isérois peinent et se voient offrir un pénalty – promis, on ne fait même pas exprès ! – à la toute fin de la rencontre. Maanane transforme, comme quoi tout est une question de confiance, et le GF prend les trois points… grâce, aussi, aux choix forts d’Olivier Guégan que nous avons souligné à l’époque. Le Puy est tenu en échec à Montceau dans le même temps (0 – 0) et le GF revient à deux points avec un match en moins. Les Bleu et Blanc ont donc plus que jamais leur destin entre les mains.

Ce changement de dynamique se confirme le match suivant. À Yzeure, Grenoble s’en remet à ses hommes en forme : Florian David et Edwin Maanane. Une victoire 2 à 1 difficile, mais seul le résultat compte. Et celui du Puy. Qui s’incline à domicile contre la réserve de l’Olympique Lyonnais qui avait déjà posé problème au GF38 le mois dernier. Résultat : Grenoble passe leader. À ce stade de l’année, les Isérois en sont à six victoires consécutives. Sept succès au total sur huit matchs de championnat, et aucune défaite à part l’élimination en coupe.

En dehors des terrains, le partenariat entre le club et Échirolles se dessine avec la signature d’un contrat de trois saisons avec Nike via Ekinsport. Un accord qui scelle la convention mise en place entre les deux clubs. Un geste loin d’être anecdotique puisque si le club veut retrouver le monde professionnel et jouer son rôle de locomotive du football isérois, il doit être parfait à tous les échelons.

Notre rétrospective :

  1. Janvier
  2. Février

Leave a Comment