3-5-2 : Grenoble a donné la leçon

3-5-2 : Grenoble a donné la leçon

Organisés dans leur 3-5-2 habituel, les Grenoblois ont vu Rodez se déployer dans le même schéma tactique, avec une défense à 3, comme d’autres équipes avant elle pour tenter de bloquer le jeu grenoblois. Sans réussite.




Après la rencontre, Olivier Guégan, l’entraîneur isérois, se contentait d’un « c’est vrai que c’est un système qu’on maitrise bien, sur lequel on a beaucoup travaillé en préparation. Comme le 4-3-3 » pour expliquer la réussite tactique du GF38. Mais cette victoire, au cours d’un match où l’on a peut-être vu le plus beau visage du GF sur 90 minutes, n’est pas une victoire à banaliser. D’abord parce que l’on a vu contre d’autres équipes que cette adaptation au schéma de jeu grenoblois pouvait poser problème : que ce soit contre Laval (1 – 1) et Chambly (0 – 0) à domicile ou aux Herbiers (0 – 1) à l’extérieur, les hommes d’Olivier Guégan avaient eu beaucoup de mal à se projeter, se créer des occasions face à des défenses à 3 centraux. Contrairement à ce que les commentateurs du match ont pu raconter pendant la rencontre – et en révisant un peu leurs fiches, ils auraient certainement évité de proférer de telles erreurs – ce n’est pas Grenoble qui s’est adapté au jeu ruthénois, mais bien l’inverse !

Un maître… et un élève

Alors certes, on pourra avancer que Rodez, contrairement aux trois équipes citées plus haut, a davantage évolué en 3-5-2 qu’en 5-3-2, ce qui a permis d’ouvrir un peu plus le jeu. Mais quand même. Pendant 90 minutes, dans le pressing, les intentions, la maitrise dans l’entrejeu, Grenoble a donné la leçon à une équipe ruthénoise dépassée. On dit souvent que l’élève a dépassé le maître… De ce proverbe, il ne fut pas question ce vendredi soir. L’ouverture du score iséroise est à ce titre assez édifiante : une sortie de balle sans problème, un ballon qui arrive assez facilement dans les 30 derniers mètres jusqu’à Sotoca qui renverse le jeu, et derrière, cette superbe réalisation d’Harouna Demba, absolument pas attaqué par son vis-à-vis.

Au contraire, alors qu’on avait loué les qualités de relances du RAF lors du match aller où l’on avait vu une équipe très séduisante, ce match retour a été beaucoup plus compliqué pour les Aveyronnais. En grande partie grâce au pressing incessant de Florian Sotoca et Nicolas Belvito alignés en pointe de ce 3-5-2. Si toutes les individualités grenobloises, sans exception, ont répondu présentes contre Rodez, deux joueurs ont été particulièrement en vue : Arsène Elogo et Harouna Abou Demba, les deux pistons dans les couloirs. Hasard ? Pas vraiment. En décidant d’opposer au 3-5-2 grenoblois un schéma de jeu similaire, Rodez a automatiquement privilégié les duels en 1 contre 1, pensant réussir à faire déjouer deux pièces maitresses du jeu du GF. Cruel échec. D’autant plus que Jessy Benet et Steven Pinto Borges ont parfaitement su rythmer le match grâce à leurs qualités techniques, alternant entre projections rapides vers l’avant et ralentissement du tempo. Derrière, on ne soulignera jamais assez la solidité du bloc grenoblois malgré un début de rencontre un poil compliqué pour Selim Bengriba, qui s’est parfaitement repris par la suite.

Mis en difficulté à plusieurs reprises face à des blocs très bas avec trois défenseurs centraux, le GF38 a parfaitement répondu présent face à Rodez qui n’a pas su répondre tactiquement à la force du collectif grenoblois. Un succès qui souligne la montée en puissance du groupe isérois, qui semble difficilement stoppable, et la réussite tactique d’Olivier Guégan qui prouve cette saison encore être bien plus qu’un meneur d’hommes.

2 Comments on this Post

  1. Jean François Martel

    Guardiola ? Nous avons Olivier Guéguan et c’est assez bon pour nous ! Merci et compliments de notre part à vous , Monsieur Bohec, je suis egalement journaliste, pour la maniere claire dont vous nous faites comprende la maniere de jouer de l’equipe . Il est vraiment difficile de suivre l’equipe d’un autre continent… Peut-etre en finale de Coupe de France à Paris et les prochaines annees en Ligue 1. Destin incontournable de ce magnifique travail ! « Parlez-moi de Grenoble et de ses heros « …

    Répondre
  2. Jean François Martel

    Guégan ! Pardon ! Rararara…

    Répondre

Leave a Comment