Merci, Florian Sotoca

Merci, Florian Sotoca

Après trois magnifiques saisons au GF38, ponctuées de deux montées et d’un maintien en Ligue 2, Florian Sotoca va quitter la capitale des Alpes. Récit d’une belle histoire en bleu et blanc.

Sotoca, symbole du come-back de Grenoble

Débarqué de Montpellier à l’été 2016 afin de retrouver du temps de jeu et ramener Grenoble dans le monde pro, Sotoca est devenu cette saison là l’atout offensif d’Olivier Guégan. Aligné sur le côté droit de l’attaque grenobloise, il marque six buts en CFA et impressionne les suiveurs du GF par ses efforts répétés, aussi bien défensifs qu’offensifs. Ses prestations lui valent une place dans l’équipe-type de la saison du championnat de CFA (Groupe C) et déjà une place spéciale dans le cœur des supporters. Après quatre échecs, Grenoble monte ENFIN en National.

La saison 2017-2018, en National, est celle de la confirmation pour le numéro 7 isérois. Avec huit buts en 31 matchs joués, il est l’un des grands artisans du retour dans le monde pro du GF38. On retient notamment son but en barrage aller d’accession, qui met Grenoble sur orbite dans cette double confrontation victorieuse.

Mais sa campagne la plus aboutie reste celle de cette saison. Repositionné dans l’axe par Philippe Hinschberger, le vice capitaine brille et s’impose définitivement comme l’atout offensif clé de l’équipe. Sotoca dispute l’intégralité des rencontres de championnat (mis à part la dernière journée), affichant des statistiques exceptionnelles : 12 buts (oui on lui en accorde 12 contrairement à la LFP qui a décidé de ne pas lui octroyer le but contre Béziers) et 6 passes décisives. Un rendement qui fait de lui, logiquement, un joueur très courtisé.

Un joueur qui mouille le maillot

L’attaquant de 28 ans s’est parfaitement intégré au club et s’est imposé comme un leader du vestiaire grenoblois au fil de ces trois années. Le joueur affirme même avoir « créé des liens qui dépassent le foot » avec ses coéquipiers. Apprécié de tous, il est vite entré dans le cœur des supporters. Sa hargne, sa combativité et son amour du maillot font de lui un joueur que les Grenoblois n’oublieront pas et qui a marqué l’histoire du GF38.

On lui souhaite le meilleur pour l’avenir. Flo’, tu resteras à jamais grenoblois.

Leave a Comment