[Mercato] GF38 : le péril jeune ?

[Mercato] GF38 : le péril jeune ?


Si le mercato du GF38 n’est probablement pas encore terminé, il est pour l’instant placé sous le double sceau de la jeunesse et de l’inexpérience. Grenoble a multiplié les paris cet été. Une politique dangereuse alors que se profile le coup d’envoi de la saison ce samedi ?

>> Abonnez-vous à notre chaine Youtube

En passant des mains de Philippe Hinschberger à celles de Maurizio Jacobacci, les rênes du club isérois ont transité de l’entraîneur le plus expérimenté de Ligue 2 à un technicien qui va totalement découvrir ce championnat. A 58 ans et avec un parcours riche d’expériences, l’Italien n’est pas non plus sans ressources mais il reste en phase d’apprentissage (de son équipe, des adversaires). Ce temps d’absorption des « connaissances Ligue 2 » se fait forcément au détriment d’autres aspects. Jacobacci n’est pas non plus aidé par un contexte compliqué (départ conflictuel du précédent coach, deux premiers matchs à domicile délocalisés à Gueugnon, départs non comblés, blessures de joueurs clés au cours de la prépa…). On sait que le temps est rarement l’allié d’un entraîneur dans un club professionnel. En misant sur un entraîneur qui va totalement découvrir la L2, c’est pourtant un luxe que le GF38 va devoir (s’) accorder.

Des recrues classe biberon

Giorgi Kokhreidze 22 ans, Olivier Boissy 22 ans, Yannick Marchand 21 ans, Orges Bunjaku (tout juste) 20 ans. Rajoutons un autre élément : un total cumulé de 0 match disputé dans un championnat en France, peu importe la division. A leur crédit, 3 sur 4 parlent français, ça aidera toujours à l’intégration.
Mais le GF38 a clairement fait le choix de la jeunesse dans son recrutement estival jusque là. Un pari toujours risqué dans une Ligue 2 où l’expérience est une donnée qui peut compter. Même si le parcours du Toulouse FC (mais avec des joueurs issus de son sérail) l’an dernier a démontré que la jeunesse pouvait aussi tirer son épingle du jeu.
On ne peut pas non plus dire que le GF38 a perdu dans le même temps des vieux roublards : Benet, Semedo, Djitté restent de jeunes joueurs mais qui avaient tous eu le temps de cumuler quelques dizaines de matchs de Ligue 2 (+ de 200 à eux trois).

Les deux Helvètes arrivés du FC Bâle sont les deux les plus susceptibles de rapidement avoir du temps de jeu cette saison. Leur entraîneur est confiant sur leurs qualités mais a tout de même évoqué la dimension physique du championnat, à laquelle il leur faudra s’adapter.
L’expérience est également un + quand le contexte est difficile. On ne le souhaite pas à Grenoble mais aucune équipe n’est à l’abri d’une saison galère et ces jeunes pépites auraient bien du mal à s’épanouir au sein d’une formation en difficulté.

Le GF38 compte en son sein des éléments d’expérience, rompu aux joutes de la Ligue 2 et pas encore tombés dans le versant « vieillissants ». Mais le pari estival a clairement été d’apporter un petit coup de jeune, jusque là en tout cas, renforçant l’idée d’un « nouveau cycle ». Un pari loin d’être illogique. Mais combiné avec l’arrivée d’un entraîneur qui va découvrir la Ligue 2 et un contexte piégeux, attention que cette inexpérience ne se révèle pas handicapante en ce début de saison. Premiers éléments de réponse ce samedi, face au Paris FC.

  1. […] avions fait un article sur l’intérêt et les risques d’un recrutement « jeune » et inexpérimenté av…. La prestation face au Paris FC nous a conforté qu’il faudrait être patient et essayer de […]

Leave a Comment