Pour le compte de la 7ème journée de Ligue 2, le GF38 se déplace à Amiens ce vendredi 2 septembre 2022. Les points clés de cette rencontre.

Attention à l’entame

C’est un point qu’a soulevé Vincent Hognon ce jeudi à l’occasion de l’avant-match. Et c’est le point qui avait pêché lors de la seule défaite de la saison, à Bastia, où Grenoble avait pris un but dès la 8ème de jeu. On le sait, les Isérois sont moins à l’aise quand ils ont à faire le jeu que quand ils peuvent procéder par contre. Les attaquants alpins ont besoin de profondeur pour s’illustrer. En tenant le score, le GF38 obligera son adversaire à sortir. Amiens, qui reste sur un nul à domicile face au Paris FC, ne peut pas se contenter d’un nouveau partage des points à la maison s’il veut rester au sommet du classement. Le maître mot sera donc concentration. Peut être encore plus après une victoire qui pourrait offrir un légère tentation de relâchement…

Un milieu en souffrance

Après Manu Perez, toujours absent, c’est Franck Bambock (malade) qui doit renoncer au déplacement à Amiens. Alors que le secteur n’est pas toujours à son avantage depuis le coup d’envoi du championnat, Vincent Hognon va devoir faire avec :

  • Florian Michel et Axel Ngando qui sont deux grosses satisfactions mais qui ne sont pas à 100% physiquement entre blessure pour l’un et préparation courte pour l’autre. Ils ne sont aujourd’hui pas en capacité de tenir 90 minutes et l’enchainement des matchs (le 3ème en 6 jours, le 4e en 12) commence à être dur à encaisser.
  • Saikou Touray, Bachirou Yameogo et le revenant Jekob Jeno. Trois jeunes (voir très jeune) joueurs qu’on sait capable de bonnes choses mais qui ne sont pas non plus des garanties tous risques à ce niveau.

Entre l’état physique des uns et l’expérience des autres, le secteur semble donc en souffrance avant de jouer face à un Amiens particulièrement bien doté à ce niveau là, à commencer par l’ancien du GF Jessy Benet. Il va falloir aussi le niveau et serrer les dents pour rivaliser dans l’entrejeu. A noter qu’un Adrien Monfray pourrait dépanner en 6 si besoin.

Confiance au 532 (352) ?

Doit-on changer un système qui gagne ? C’est la question que va devoir se poser VH. A notre avis, vu les absents on devrait revoir le 532 aligné face à Nîmes. Il permettra de densifier le cœur du jeu et d’avoir deux attaquants frais pour remplacer les deux titulaires si besoin. En l’absence de Sbaï et Tell, jouer à 3 devant semble plus compliqué, même si Okardi a déjà démontré sur des petits bouts de match des choses intéressantes.

Dans tous les cas on sait désormais que le GF38 a plus d’une corde à son arc. Il ne reste plus qu’à mieux les maîtriser désormais, pour moins dépendre des exploits individuels des joueurs de classe qui composent l’effectif.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici