[metaslider id=28974]

Comme nous vous l’avons révélé cet après-midi, Eric Vandenabeele va rejoindre Valenciennes pour les trois prochaines saisons. Son départ de Grenoble, avec qui il arrivait en fin de contrat, a déjà fait beaucoup parlé. Des réactions qui démontrent l’amour des supporters pour le défenseur. Et une incompréhension compréhensible vu de loin : pourquoi laisser partir un de ses meilleurs joueurs ? Nous avons justement souhaité vous expliquer les « coulisses » de ce départ en interrogeant à ce sujet le conseiller de « VDA », Nicolas Deumirdjian.

« Des discussions constructives ont eu lieu entre le club et Eric au cours des derniers mois », nous a d’abord précisé ce dernier. La volonté de Grenoble était en effet de conserver un de ses joueurs de base.
«Mais certains joueurs grandissent plus vite que le club », dit souvent Max Marty. C’est un adage que l’on peut accoler au défenseur, qui fait tout simplement partie des joueurs les mieux notés par France Football cette saison en Ligue 2. Des prestations qui ont fait grimper sa côte et le GF38, qui souhaite appliquer un « salary cap » n’a tout simplement pas pu suivre, comme cela avait pu être le cas pour un Flo Sotoca ou un Youssouf M’Changama la saison passée.

« Max Marty a fait la plus belle proposition qu’il pouvait faire sur le plan financier et sur la durée », confirme Deumirdjian. « A côté de ça Eric était à Grenoble depuis 4 ans, a connu deux montées, deux maintiens, c’était peut être aussi le bon moment pour lui de connaître un nouveau challenge et de sortir de sa zone de confort. »

Et les propositions pour s’attacher les services du défenseur n’ont pas manqué, avec notamment plusieurs clubs de la première partie du classement de Ligue 2 et quelques formations étrangères. « Pourquoi Valenciennes finalement ? Parce que c’est un projet ambitieux, avec un coach qui le connaît bien (Olivier Guégan, ndlr). Le Nord, c’est aussi la région d’Eric et celle de sa famille. Un Nordiste qui joue dans un club du Nord, cela représente beaucoup de choses. »

Aucune rancœur entre les deux parties et une histoire d’amour qui se termine bien. Se finit-elle vraiment d’ailleurs finalement ? « Eric le confirmera lui-même mais je ne m’avance pas trop en disant qu’il portera toujours Grenoble au plus profond de son cœur. Il est reconnaissant, c’est là qu’il a signé son premier contrat pro, qu’il a eu son premier enfant. Grenoble est ancrée à vie en lui, il y a aussi bien connu ses plus belles émotions sportives jusque là. »

Sans oublier un lien fort créer à des supporters avec qui il va beaucoup manquer et qui sauront sans nul doute offrir un bel hommage à leur « VDA » dès que l’occasion se présentera.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici