Après une saison disputée quasiment en intégralité à huis-clos, le public faisait son retour au Stade des Alpes cette année. Et on ne peut pas dire que les chiffres soient bons. Depuis son accession en Ligue 2, le GF38 a perdu le tiers de son affluence. Si les raisons sont nombreuses, et pas toutes maîtrisables par le club alpin, le constat reste sans appel : depuis son retour dans le monde pro’, Grenoble n’a pas su élargir sa base de supporters.

Les chiffres de la saison

En ne prenant en compte que les matchs disputés au Stade des Alpes, l’affluence moyenne cette saison a été de 4340 spectateurs. Rappelons que l’intégralité des abonnements est pris en compte, y compris quand ils ne sont pas utilisés. Avec les matchs à Gueugnon, suivis par respectivement 536 et 309 spectateurs, la moyenne retombe à 3927.

Parmi les matchs les plus suivis on retrouve logiquement les rencontres face aux relégués de Ligue 1 Dijon (5714) et Nîmes (5274). Le match face à l’AC Ajaccio, pour la dernière à domicile de la saison, fait partie du trio de tête (5673). Seules ces 3 affiches ont permis de dépasser la barre des 5000 spectateurs. GF38 – Toulouse n’a réuni que 4501 personnes mais le match se disputait un lundi soir, créneau plus difficile à remplir.

Une baisse conséquente

Il s’agit de la pire affluence moyenne depuis le retour en Ligue 2. L’an dernier n’est bien sûr pas pris en compte entre jauges et huis-clos. En 2019-2020, les footballeurs grenoblois avaient joué à domicile devant 5206 spectateurs et pour le retour en Ligue 2 la moyenne avait été de 6412 spectateurs.

Le GF38 a donc perdu plus de 2000 spectateurs depuis son retour dans le monde pro’ et la moyenne de cette saison n’est guère supérieure aux années amateures.

Les raisons en sont multiples et ne dépendent bien évidemment pas toute du club. Le pass sanitaire et l’impact du COVID sur le comportement des gens est à prendre en compte. Mais cela n’explique pas la forte baisse entre les deux premières années de L2.

Les campagnes d’abonnements et/ou de communication autour des matchs ont été des flops. Le GF38 s’est enfin décidé à investir l’université et à chercher à toucher un public étudiant avec plusieurs opérations séduction mais seulement après plusieurs saisons. Les actions « familles » sont aussi à souligner. Mais les opérations pour attirer un nouveau public restent rares.

Grenoble ne sait pas aujourd’hui se rendre attractif au-delà d’une forte base de fidèles qui l’accompagne dans toutes ses campagnes. Pire, les retours négatifs se font de plus en plus nombreux sur « l’expérience client » : entre fuite d’eau, excès de zèle de la sécurité ou au contraire laisser-faire sur certains comportements en tribunes.

Rajoutons des résultats en dents de scie, notamment à domicile (à part la saison à huis-clos) qui n’arrangent rien et on se retrouve avec un club qui en 4 ans n’a absolument pas su profiter de son retour dans le monde professionnel pour accroitre sa base de spectateurs (et on ne parle pas des supporters).

On peut certes rappeler qu’aujourd’hui la billetterie ne constitue même pas 10% des recettes du club, ce qui peut expliquer qu’elle ne soit peut être pas une priorité dans l’esprit des dirigeants. Une vision qui ne nous semble toutefois à prendre en compte qu’à court terme.

Alors que va s’amorcer la nouvelle campagne d’abonnements et que le club pourra jouer sur certains leviers sportifs cette saison avec les réceptions de Saint-Etienne, possiblement de Bordeaux, voir à un degré moindre d’Annecy,  le GF38 va devoir enclencher la marche avant.

4 Commentaires

  1. Commentaires : il me semble que le spectacle fourni par le GF38 à domicile n’a pas été attrayant. Quand on commence a se faire chier au stade, on n’y vient de moins en moins et je pense que ça fait partie de la désaffection de Monsieur tout le monde………

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici