Antre redoutée et quasi imprenable lors des années CFA2/CFA, le Stade des Alpes réussit moins aux footballeurs grenoblois cette saison. Si les résultats domestiques laissent à désirer (une seule victoire en 3 mois, arrachée sur un pénalty généreux contre Créteil), la manière n’est également que trop rarement au rendez-vous, en tout cas sur 90 minutes. La victoire marquante au Red Star va-t-elle permettre aux coéquipiers de Maubleu de se lâcher devant leur public ?




Quand est-ce qu’on a vu pour la dernière fois une performance pleine et aboutie du GF38 à domicile ? La victoire face à Créteil ? Une purge au niveau du jeu. La défaite contre Boulogne ? La première période n’était pas digne d’un prétendant à la montée. Les nuls contre le Laval, Chambly ou Concarneau ? Frustrants, notamment sur le plan offensif. Finalement, la dernière fois que nos Grenoblois nous ont fait vibrer pendant 90 minutes au Stade des Alpes, c’était face à Strasbourg, en coupe de France.

Grenoble préfère les gros, nous le disions dans notre analyse de la victoire au Red Star. Grenoble a surtout beaucoup de mal face aux « petits », sous-entendu les équipes qui viennent au SDA pour ne pas perdre. Cela tient déjà à la qualité des adversaires, capables à la fois de présenter un bloc défensif solide et des qualités de sortie de balle qui leur offrent des opportunités en contre (là où en CFA les équipes en lutte pour le maintien se contentaient souvent de bétonner).

Trop de réaction, pas assez d’action

Mais on ne saurait résumer les difficultés uniquement sous le prisme des qualités adverses. L’équipe d’Olivier Guégan a en effet montré, par bribes de match, qu’elle était capable d’imposer une grosse pression, de produire du jeu, de déséquilibrer n’importe quel bloc.
Nous vous sortions une statistique édifiante en décembre dernier : en arrêtant les matchs après 45 minutes, Grenoble était dernier du championnat. Pas 5ème, pas 10ème, dernier. C’est dire comment les Isérois renversaient les situations lors des seconds actes, notamment à la maison. C’est rappeler aussi les grosses qualités physiques et l’importance du banc grenoblois. Mais c’est finalement pointer les insuffisances jusqu’à cette réaction.

Trop inhibés les Grenoblois ? Avec désormais un petit break d’avance sur le 4e, c’est le moment de se lâcher dès le coup d’envoi. Le classement impactera forcément l’affluence au SDA, mais du spectacle et des bons résultats à la maison ne pourront qu’aider.

>> Le direct GF38 – Pau
>> Le groupe grenoblois

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici