Le compte à rebours a clairement commencé, puisque la date fatidique des 100 jours avant le coup d’envoi de la Coupe du Monde vient d’être franchie. Celle-ci débutera en effet le 20 Novembre prochain, par un affrontement entre le Qatar, pays organisateur, et l’Equateur. Si celle-ci se déroule exceptionnellement en hiver pour éviter les températures infernales de l’été qatari, elle ne sera toutefois pas en doublon avec les différents championnats européens puisque ceux-ci ont adapté leur calendrier à celui de la Coupe du Monde. Ainsi, en Ligue 2, la trêve hivernale aura lieu du 12 Novembre au 26 Décembre.

Ce n’aurait toutefois pas eu une grande influence sur l’effectif grenoblois, car aucun des joueurs de Vincent Hognon ne devrait faire partie de l’aventure au Qatar. En effet, Alex Gersbach, international australien, n’a plus été appelé avec les Socceroos depuis 2018, les deux internationaux gambiens Saikou Touray et Abdoulie Sanyang appartiennent à une nation qui n’a jamais réussi à se qualifier pour un quelconque Mondial, et les burkinabés Bachirou Yameogo et Kalifa Nikiéma, tout fraîchement arrivés, sont encore trop jeunes pour jouer avec les A de leur pays. Par le passé toutefois, plusieurs joueurs ayant fait leurs gammes avec Grenoble ont par la suite été appelés pour jouer une Coupe du Monde, et en voici les exemples les plus marquants.

2018, un duo détonnant

Les gens ont tendance à l’oublier, car il n’a jamais performé avec l’équipe première, mais c’est bien à Grenoble qu’Olivier Giroud a été formé. Il y a même passé un long moment puisque c’est en 1999, à l’âge de seulement 13 ans qu’il a rejoint le centre de formation grenoblois en provenance du petit club de Froges. Il y passera 6 ans avant de devenir professionnel, jouant son premier match lors de la 31ème journée de Ligue 2 de la saison 2005-2006. Il ne sera alors que remplaçant au sein de l’effectif isérois, et n’inscrira au final que 2 buts en 27 rencontres avant d’être prêté à Istres, où il sera beaucoup plus efficace, puis de rejoindre Tours, où il explosera. Le reste de sa carrière est connu, avec son titre de champion de France avec Montpellier, ses années anglaises où il a alterné le très bon et le très compliqué, aussi bien avec Arsenal qu’avec Chelsea, puis son renouveau inattendu la saison dernière du côté du Milan AC. Mais c’est bien sûr en équipe de France que Giroud a le plus marqué les esprits, en devenant le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus, participant à la Coupe du Monde 2014 avant de devenir champion du Monde en 2018, sans inscrire le moindre but durant la compétition toutefois. Mais nul ne sait si Giroud participera au Mondial 2022, car son histoire avec les Bleus n’est plus la même depuis le retour de Karim Benzema. Avec une cote de 7,00, la France fait partie des 3 principaux favoris de cette Coupe du Monde, mais il faudra que Giroud soit sélectionné par Deschamps pour espérer voir un joueur formé à Grenoble de nouveau soulever le plus prestigieux des trophées footballistiques.

Car l’autre joueur formé à Grenoble et présent en 2018 n’en sera, lui, assurément pas. Depuis son départ de Marseille pour le club mexicain de Tigres, Florian Thauvin a disparu du radar du sélectionneur français. Mais il faut dire que sa présence en 2018 avait déjà constitué une belle petite surprise pour le joueur qui était arrivé à Grenoble en 2008, alors qu’il avait 15 ans. Il était arrivé en provenance d’Orléans après avoir déjà pas mal bougé auparavant. Mais c’est bien Grenoble qui lui a fait signer son premier contrat professionnel. Il ne jouera toutefois que 3 matches avec le GF38 avant le dépôt de bilan du club à l’été 2011, et ira rebondir du côté de Bastia avant de rejoindre l’OM. Son passage en équipe de France aura aussi été assez éclair, avec 10 sélections entre 2017 et 2019, juste le temps pour lui de devenir champion du Monde.

2014, une année record

Avec pas moins de 4 joueurs formés à Grenoble présents lors de cette Coupe du Monde au Brésil, le GF38 était tout simplement le second centre de formation français le mieux représenté, derrière Lille et ses huit joueurs, mais devant les cadors lyonnais, parisiens ou stéphanois. On y retrouvait donc Olivier Giroud, mais aussi les deux algériens Sofiane Feghouli et Saphir Taïder. L’un aura beaucoup plus marqué l’histoire de Grenoble que l’autre, mais les deux sont bien issus du centre de formation isérois. Feghouli est arrivé au club en 2004, et aura passé 3 saisons professionnelles avec le GF38, notamment lors du passage en Ligue 1 où Feghouli se révéla à la France entière. L’histoire s’est malheureusement mal terminée, et Sofiane Feghouli a quitté le club par la petite porte. Lors de la Coupe du Monde 2014, il inscrira 1 but et fera 2 passes décisives. Saphir Taïder a lui rejoint le centre de formation de Grenoble en 2007, et passera une seule saison avec les pros, celle juste avant le dépôt de bilan. En 2014, il participera à 2 rencontres du Mondial brésilien.

Le quatrième larron de cette Coupe du Monde est Henri Bedimo, pur produit de la formation grenobloise, mais qui n’a par contre jamais joué avec l’équipe première puisque c’est avec Toulouse qu’il a signé son premier contrat professionnel. L’international camerounais ne jouera qu’un match au Mondial 2014, suffisant pour le faire entrer dans ce cercle très fermé.

1998, pour l’éternité

Mais au final, s’il ne fallait en retenir qu’un, ce serait bien évidemment Youri Djorkaeff. Chipé au voisin lyonnais et au FC Sochaux qui ne l’aurait pas pris pour cause de ses origines, c’est donc Grenoble qui parvient à l’attirer dans son centre de formation. Une sublime affaire puisque Djorkaeff jouera ensuite 87 matches avec le GF38, inscrivant au passage 24 buts, avant d’aller continuer sa carrière à Strasbourg, puis Monaco, Paris et l’Inter Milan entre autres. Mais c’est sous les ordres d’Aimé Jacquet, et grâce à ses deux corners victorieux en finale de la Coupe du Monde 1998 que Djorkaeff a marqué à jamais le cœur des Français. Fort heureusement, on se rappelle beaucoup moins de son très mauvais Mondial 2002, bien que son entrée en jeu face au Danemark lors du 3ème match de la phase de poules restera à jamais sa dernière apparition avec le maillot bleu sur les épaules.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici