Nos confrères de So Foot ont réalisé un long entretien avec l’ancien attaquant du GF38 Yoric Ravet à lire en intégralité ici. Extraits.

C’était nouveau, je n’avais jamais connu ça. Dès la fin de ma formation en 18 ans nationaux, j’ai signé mon premier contrat pro au GF38 et je ne suis quasiment pas passé par la CFA. Mais en vrai, je me régale ! C’est la vraie vie. Je partage le vestiaire avec des mecs qui se lèvent et vont charbonner toute la journée pour se détendre avec un ballon le soir. C’est complètement différent du football professionnel où les trois quarts du temps, les gars sont assistés. Ils sont brossés dans le sens du poil et ils n’ont qu’à se concentrer sur le terrain. Après, il y a une raison à cela, car on cherche à optimiser la performance du joueur. Mais personnellement, je pense qu’on est entré dans un système où les chaussures des jeunes sont cirées bien trop facilement.

Mais le football, je le vois comme un rectangle vert où je veux prendre le maximum de plaisir. Si je peux aider les jeunes et gagner les matchs, je vais tout faire pour. Je reste un compétiteur malgré tout. L’intox des adversaires, je m’en fous. Je sais d’où je viens, et peut-être qu’eux aussi savent d’où je viens. Ce n’est pas ça qui me fait peur en tout cas.

Les buts et les passes décisives, je vais être honnête avec toi, j’en ai strictement rien à foutre. Collectivement en revanche, j’aimerais réaliser le meilleur championnat possible et pourquoi pas emmener Manival en R1, un niveau que le club n’a jamais atteint dans son histoire. C’est un beau challenge ! Je réfléchis même à la suite parce que je pense que Manival peut être encore mieux structuré pour faire partie des clubs qui pèsent dans le football isérois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici