Giroud ronge son frein

Les montagnes russes continuent pour Olivier Giroud, les mêmes qu’il arpente malgré lui depuis de longs mois. En réussite à chaque fois qu’il enfile le maillot de l’équipe de France et sur le banc alors qu’il n’a jamais vraiment déçu avec les Blues de Chelsea, Giroud continue de ronger son frein match après match dirigé par Lampard, comme il avait pris l’habitude de le faire lorsque Maurizio Sarri officiait à Stamford Bridge.

Les temps sont durs pour Giroud

Entré dans la légende de l’équipe de France 

Il est venu greffer son nom à une lignée légendaire au sein d’un groupe très fermé. Olivier Giroud est en effet, devenu un centenaire, comptant à ce jour plus de 100 sélections dans la grande équipe de France. Ils ne sont que huit à connaître ce privilège et les noms des sept prédécesseurs de Giroud parlent pour eux-mêmes. Derrière Thuram et ses 142 sélections, Henry, Lloris, Desailly, Zidane, Viera puis… Deschamps. Point commun entre ces huit centenaires : une victoire en Coupe du Monde, la consécration ultime pour un joueur professionnel.

Côté statistique, « Olive » ne se trouve plus qu’à 9 buts (42 actuellement) du record de Thierry Henry, après avoir dépassé Michel Platini et ses 41 buts lors de la victoire française face à l’Ukraine. La légende lui tend les bras.

Londres lui plaît bien 

Arrivé dans le nord de la capitale en 2012 du côté d’Arsenal, l’ancien Grenoblois ne l’a plus jamais quittée. Bien que des rumeurs de transfert permanentes l’aient envoyé ces derniers mois en France, notamment du côté de Lyon, Olivier Giroud fait tout pour rester en Angleterre. C’est probablement parce que sa famille s’y sent bien et qu’il continue dans un championnat dont la compétitivité n’est plus à démontrer et où son style de jeu s’adapte parfaitement aux conditions du football anglais.

Giroud ne fut pas le premier Français à réussir dans la capitale anglaise. Il a suivi la trace de certains joueurs de football qui ont établi leur légende sur les terres londoniennes. Henry, Viera ou Desailly ont tous foulé les mêmes pelouses que Giroud, avec un résultat que l’on connaît. Mais Londres est si tournée vers la compétition, qu’il n’y a pas que les footballeurs français qui y ont brillé. Des vainqueurs de tournoi comme Kalidou Sow aux bords de la Tamise à Marion Bartoli, grande gagnante du mythique tournoi de Wimbledon en 2013, Londres plaît définitivement aux sportifs français.

Abonné au banc des Blues 

Chelsea n’a pas manqué à ses habitudes lors de ce mercato estival que l’on annonçait si particulier. Timo Werner et Hakim Ziyech furent d’ailleurs aux côtés du petit génie allemand Kai Havertz, les têtes d’affiche parmi les très nombreuses recrues locales. Werner, véritable machine à marquer avec Leipzig n’a pas mis beaucoup de temps à s’adapter à la Premier League et correspond bien plus au style de jeu que veut mettre en place Lampard, dont les qualités d’entraîneur sont très souvent décriées.

Giroud a croisé son entraîneur actuel lorsqu’il était encore joueur. 

À juste titre ? L’ancienne gloire de Chelsea n’a offert que 17 minutes de temps de jeu à Giroud en Premier League depuis le début de saison et quand on connaît la capacité du Français à s’adapter à n’importe quel système de jeu, il est dommageable de voir Lampard entériner un tel choix si vite. Au contraire, la lecture du jeu et la force physique de Giroud devraient pousser Lampard à imiter le modèle en équipe de France ou M’Bappé et Griezmann se délient de ses actions.

Même associé à Werner dans un système hybride, Giroud pourrait offrir de grands espaces à Ziyech sur son côté droit et permettre à Werner de profiter du jeu en profondeur de Havertz en qualité de numéro 10. Il est indéniable qu’il est possible de mettre en place un tel système puisque lorsqu’il jouait à Arsenal, il n’était pas rare de voir Wenger associer Özil, Sanchez et Giroud au début d’une rencontre.

Toujours est-il que la résilience de ce dernier devrait lui permettre, comme toujours, de gratter quelques minutes sans ne jamais décevoir. Bien au contraire.

 

Leave a Comment