[GF38] L’étoile d’Hinschberger s’est arrêtée de briller

[GF38] L’étoile d’Hinschberger s’est arrêtée de briller

Il est arrivé dans le chaos, il est reparti dans le chaos. L’histoire entre le Grenoble Foot 38 et Philippe Hinschberger (et son adjoint Francis de Percin, complètement intégré dans ce bilan) va officiellement se terminer ce jeudi. Une conclusion que l’on aurait aimé différente et qui ternit, forcément, l’image que le technicien avait su forger rapidement dans les Alpes. Mais elle ne doit pas faire oublier non plus le rôle joué par Hinsch’, guide d’un GF38 qui a parcouru un nouveau bout de chemin dans sa quête des sommets.

Une saison record

Un bilan, c’est déjà une affaire de chiffres. Après deux saisons terminées à une satisfaisante 9ème place pour son retour en Ligue 2, Grenoble a obtenu lors de l’exercice 2020-2021 le meilleur total de points de son histoire dans l’antichambre de l’élite. Tout simplement. Pas suffisant malheureusement pour accéder à la Ligue 1 mais, au cœur d’une année de privation loin du stade, le public grenoblois est malgré tout parvenu à vibrer devant les performances de ses protégés. C’est une sacrée réussite.
Avec Hinschberger à sa tête, le GF38 a retrouvé définitivement sa place sur la carte du football professionnel français, avec en bonus l’image d’une équipe agréable à voir jouer.

Contrat rempli, donc, pour le technicien, qui a su pendant ces trois années tirer le maximum du potentiel de son équipe et lui faire retrouver son appétit pour la victoire, notamment dans son Stade des Alpes. Cette « valorisation du produit » – aussi bien la dimension spectacle que la progression des éléments à potentiel – incombait à notre sens à sa tâche.

On a parfois regretté les discours un brin fatalistes de l’entraîneur – plus dans leur timing que sur le fond – mais on peut lui créditer de n’être jamais tombé dans l’euphorie ou au contraire de ne jamais avoir paniqué quand les résultats étaient plus compliqués, comme lors de l’entame de sa deuxième saison. PH a su apporter son expérience et sa sérénité à un club qui en manquait.

Autant d’éléments qui ont permis au GF38 de grandir d’un point de vue sportif et de se stabiliser dans l’antichambre de l’élite, en regardant plus vers le haut que vers le bas. Et donc de pérenniser le projet sur le moyen terme.

Hinsch’, expert en séduction

Mais « exister » ne passe pas que par le sportif. C’est plus abstrait, mais Grenoble avait besoin pour son retour dans le monde pro’ d’une figure avenante et séductrice. Philippe Hinschberger s’est attelé à plaire. Et il l’a plutôt bien fait : partenaires, médias locaux et nationaux et bien sûr joueurs puisqu’on rappelle qu’il est arrivé dans un contexte compliqué, avec l’éviction d’Olivier Guégan soutenu par son groupe après deux montées de rang.
Guitare à la main ou armé uniquement de sa bonne humeur et de son sourire, Hinsch’ a distillé les bons mots et les expressions toutes faites. Il a incarné à merveille ce Grenoble à visage humain mais tourné vers le professionnalisme – même si ce dernier aspect n’allait sans doute pas aussi vite que voulu.
Il n’a d’ailleurs pas manqué de faire passer des messages, notamment aux élus locaux sur la question des installations. Il s’est montré très « corporate », très communicant. Au service de son club.

Un bilan qui tire donc largement vers le positif dans ses grandes lignes, même si à la marge des petites fritures sur la ligne ont pu apparaître. Et puis il y a cette sortie, qui ne peut pas être extraite de ce bilan.
Elle est ratée, il n’y a pas d’autre terme pour la définir. Elle laissera des traces, entre amertume et rancœurs, c’est une certitude. Elle est aussi le rappel que même si des relations se nouent et se construisent sur l’émotion, ce monde reste celui de professionnels, dont les actes sont dictés par des envies et besoins personnels, par des choix de carrière.

Hinschberger n’échappe pas à cette règle. Mais il ne faudra pas non plus oublier ces années où son étoile a guidé Grenoble sur sa quête des sommets.

  1. […] [GF38] L’étoile d’Hinschberger s’est arrêtée de briller – il y a 10 heures […]

  2. […] trois belles années à la tête du GF38, Philippe Hinschberger a finalement cédé sa place d’entraîneur du club. Le technicien, qui […]

Leave a Comment