Frères d’armes : au cœur du groupe des gardiens du GF38

Frères d’armes : au cœur du groupe des gardiens du GF38

Leur clé du succès ? « L’humilité ». Arnaud Genty résume d’un mot ce qui fait avancer ses « protégés ». Brice Maubleu et Esteban Salles ont brillé dans les cages alpines cette année. Paul Bourdelle et Pape Camara (voir en fin d’article pour ce dernier) ont également joué leur rôle tout au long de la saison. Famille dans la famille, ils sont les gardiens du GF38. Solidaires et surtout pas solitaires. Car c’est bien tous ensemble qu’ils continuent d’avancer.

Être gardien de but, c’est d’abord une éternelle remise en question. Semaine après semaine, le compte à rebours jusqu’à la prochaine boulette ou jusqu’à la prochaine parade décisive défile. Ce n’est qu’une question de temps. Si les portiers grenoblois enchaînent les prestations de haut vol cette année, pas question de se reposer sur ses lauriers. Arnaud Genty, « éternel insatisfait », veille au grain.
L’entraîneur des gardiens, qui occupe également d’autres fonctions au sein du staff de l’écurie de Ligue 2, se renouvelle lui aussi sans cesse dans les exercices proposés. Les ingrédients, eux, demeurent : « plaisir » et « compétition ».
L’émulation tourne à plein régime et quand ce n’est pas entre les portiers, Arnaud Genty s’inclue dans les petits défis lancés à ses hommes. Le tout dans la bonne humeur. Assister à une séance des gardiens grenoblois, c’est l’assurance de passer un bon moment. Une atmosphère détendue qui n’empêche pas de travailler. « En match comme à l’entraînement  on ne veut pas prendre de buts » explique Brice Maubleu. « Pour moi c’est le plus important que je n’ai pas pu beaucoup jouer cette saison donc à l’entraînement je bosse deux fois plus, pour moi limite ce sont des matchs », complète Paul Bourdelle, qui a pâti de l’arrêt précoce de la compétition pour la réserve.

La glace et le feu

Une ambiance pas forcément propre au petit groupe sur les terrains de la Poterne. Mais s’ils ne sont pas « à part » dans la grande famille du GF38, on les sent tout de même unis par des liens particuliers. « Déjà on n’a pas le même maillot », sourit Esteban Salles. « On a une autre mentalité, on voit les choses différemment ». On peut parler de liens fraternels. Les mecs sont là les uns pour les autres, se tirent vers le haut, se soutiennent.
Est-ce que cela confère à Arnaud Genty le rôle de papa ? La question amuse. Esté’ concède que des fois ils se font gronder. Brice préfère parler lui de « mentor ». Pour continuer de filer la métaphore familial parlons donc plutôt de grand frère.
On lit en tout cas dans les yeux de l’entraîneur de la tendresse et de la fierté, même s’il ne l’exprime qu’à demi-mot même s’il convient qu’on peut parler de saison très satisfaisante.
Ses formules pour ses remparts sont en revanche très explicites. « Le feu et la fougue » pour Salles qu’il faut parfois tempérer, « la glace et le flegme » pour Maubleu qui doit devenir parfois plus dans l’agressivité et… quelque chose entre les deux pour le « petit » Bourdelle, parfaitement intégré à l’ambiance chambrage du club alpin. Le respect est mutuel. Le club des remparts apprécie leur entraîneur, qui « sait s’adapter aux qualités de chacun ».

Arnaud Genty comme Brice Maubleu ont tous les deux employé dans leur discours une notion qui nous semble être une des clés de la réussite de ce groupe : l’épanouissement. La performance découle du bien être. Au GF38, les gardiens sont heureux. Et loin d’être égoïstes, ils se font un plaisir de partager ce bonheur avec leurs supporters cette saison !

Pape Camara, le 4ème frère

Si vous avez regardé notre vidéo ci-dessus vous avez pu constater la présence de Pape Camara. S’il ne fait plus partie du club depuis l’été dernier, le Sénégalais est peut être celui qui illustre finalement le mieux la fraternité de la confrérie des gardiens et les valeurs de solidarité au sein du GF38.
Lors de la blessure de Brice Maubleu, alors qu’il s’entraînait déjà souvent avec la réserve pour rester en forme lors des premiers mois de la saison, il a rejoint le groupe pro’. Pour faire le nombre en quelque sorte. Avec le retour du capitaine, il a malgré tout été convié à rester. A Grenoble on n’oublie pas. Et vu ce que Pape montre lors des entraînements, bienheureux sera le club qui lui fera confiance pour la saison prochaine.

  1. […] Frères d’armes : au cœur du groupe des gardiens du GF38 – il y a 23 heures […]

Leave a Comment