Comme l’hiver dernier, le GF38 s’est montré actif durant ce mercato « de réajustement » de milieu de saison. A l’heure de dresser son bilan un double constat s’impose : le GF38 a monté de gamme et s’est donné les moyens (ou les a conservé) d’être ambitieux sur le court terme.

Les objectifs du début de mercato

Avant cette période de transfert hivernal, Grenoble nourrissait un triple objectif : dégraisser, se renforcer sur certains secteurs en difficulté en début de saison et conserver ses « joueurs cadres ». Pour juger de la réussite de ce mercato, il convient d’abord de voir si chacun de ces points a été réalisé.

Le départ de joueurs en manque de temps de jeu

Mission clairement accomplie avec le départ en prêt ou définitif des « lofteurs » Giorgi Kokhreidze et Olivier Boissy et d’Orges Bunjaku absolument pas dans les plans en Ligue 2.

Le cas Florian Michel est plus clivant. Très apprécié des supporters et, à notre sens, sportivement intéressant dans une rotation, le milieu de terrain s’est pourtant vu signifier de trouver un nouveau challenge puisque son avenir à Grenoble ne lui offrirait guère de perspectives en terme de temps de jeu. A défaut de trouver un challenge en National où il aurait pu être prêté jusqu’en fin de saison, l’option FC Bourgoin-Jallieu s’est présentée. « Flomich » y trouvera un contexte familier où il pourra s’épanouir, doublé d’un défi sportif très intéressant, le club nord-isérois étant bien placé pour accéder au N2. Selon nos info’ le GF38 s’est en outre montré extrêmement réglo sur les conditions de résiliation, c’est à souligner. Passée la déception de perdre un joueur très symbolique du projet depuis le dépôt de bilan il y a 12 ans, le principal reste que tout le monde y trouve son compte.

L’effectif alpin comptait d’autres éléments en manque de temps de jeu (Néry, Jeno, Correa) ou sur qui on ne compte plus vraiment au sein du club (Perez) mais avec 4 départs le groupe et la masse salariale se sont allégés.

Des renforts à des postes clés

En début de mercato nous avions appris de sources internes que Grenoble visait un latéral gauche (était alors envisagé de perdre un latéral droit, Paquiez rebasculant sur son poste de prédilection), et deux joueurs au milieu du terrain (un profil 6 et un profil 8). Ce qui nous semblait répondre parfaitement aux secteurs plus en difficulté lors de la première partie de saison.

Finalement un latéral gauche est bien arrivé en la personne d’Arial Mendy. Mais c’est Alex Gersbach qui est parti. D’après nos infos il s’agirait d’une demande du joueur face à une belle opportunité pour lui. A 6 mois de son contrat, le club l’aurait vendu 350 000€, ce qui est une belle somme.

Au milieu, seul Jessy Benet a rejoint gratuitement le GF38 – et il nous a été expliqué que le joueur pouvait couvrir les postes 6-8 – ce qui est a d’ailleurs été concrètement le cas depuis son arrivée puisque Vincent Hognon l’a utilisé sur les deux postes. Sur le poste de milieu défensif, le joueur de l’ASSE Thomas Monconduit est une rumeur de dernière minute (on voit renvoie sur notre podcast ci-dessous et les commentaires de ce dernier).

Les objectifs officieux de départ ont donc été globalement remplis et en l’absence d’un titulaire indiscutable, il est logique de ne pas avoir pris un joueur pour prendre un joueur vu comme le secteur est chargé. Ce qui nous semble aussi intéressant de relever c’est la qualité du recrutement : un joueur qui était en L1 depuis deux saisons (même s’il jouait peu) et un joueur qui fait partie des meilleurs de L2 à son poste quand il est épanoui. Le GF38 est désormais nettement moins dans le « pari » et l’exotique. Grenoble va chercher des joueurs déjà confirmés et qui apportent des assurances et il a en cela beaucoup changé de gamme en l’espace de 3 mercatos.

L’effectif est sur le papier plus fort que lors de la première moitié du championnat avec un joueur que le GF38 n’avait pas, Benet, et un Arial Mendy qui remplace Gersbach – pour le meilleur ou non, l’avenir le dira.

Les cadres ne bougent pas

Si l’effectif est meilleur c’est aussi et surtout parce qu’aucun élément n’est parti à part le défenseur australien. Et pourtant les joueurs grenoblois n’ont pas manqué de sollicitations cet hiver.

Nous sommes déjà largement revenus sur l’épisode Abdoulie Bamba Sanyang, à lire ici. D’autres cadres ont fait l’objet d’offres. Deux clubs sont ainsi (re)venus à la charge pour le jeune défenseur Allan Tchaptchet. Un club de Ligue 1 a sollicité Brice Maubleu – hors de question pour le capitaine grenoblois de partir bien évidemment. Il y a bien eu un intérêt de deux clubs de Liga 2 pour Franck Bambock, mais a priori aucune offre concrète pour s’attacher les services du milieu dès cet hiver. En début de mercato il se murmurait fortement que Jordy Gaspar pourrait rejoindre Brest et la Ligue 1. La rumeur s’est finalement estompée au fil des semaines. Pour le moment.

Le cas qui a fait le plus parlé cet hiver est celui d’Adrien Monfray. Avec beaucoup de bruit pour rien. Si le joueur plaisait effectivement à Laurent Batlles, l’AS Saint-Etienne n’a jamais formulé d’offres et a fini par jeter son dévolu sur l’ancien amiénois Pavlovic. Mais d’autres clubs de L2 avaient le défenseur dans le viseur, à commencer par un des anciens entraîneurs du roc isérois qui aurait volontiers rapatrié le joueur dans le nord de la France.

Mais personne n’est parti. Et le message envoyé est fort. « Nous n’avons pas vendu de joueurs importants, c’est dans la logique de devenir « un gros club de L2 »« , convient Max Marty, que nous avons questionné sur ce sujet. « Refuser de belles offres, c’est nouveau au GF38 et cela nous donne évidemment plus de crédibilité dans le milieu des clubs professionnels.« 

Une crédibilité qu’il faudra conserver et augmenter sur le terrain. Mais très clairement ce mercato nous semble synonyme d’ambition. Autre qu’uniquement joueur un maintien, même si on sait qu’avec 4 descentes cette saison et la prochaine sont celles de tous les dangers. « La Ligue 1 n’est pas un sujet tabou » aime dire le directeur général du GF38 depuis quelques saisons. Grenoble vient d’en apporter une preuve concrète même si dès l’été prochain il sera peut être compliqué de refuser de céder à certaines offres, selon leur montant.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici