Cinq raisons de voir Florian Raspentino titulaire lors du déplacement de Grenoble à Caen

Cinq raisons de voir Florian Raspentino titulaire lors du déplacement de Grenoble à Caen

Oublier et rebondir ! Ce vendredi le GF38 se déplace à Caen, une équipe qui vient de fortement marquer les esprits en allant gagner à Lens 4-1. Et si c’était l’occasion de donner du temps de jeu à Florian Raspentino et de lancer la saison de l’attaquant, qui attend toujours de marquer son premier but en Ligue 2 ? La grosse cote sur PMU ? Peut être pas tant que ça… Voici 5 raisons de voir l’ancien valenciennois à la pointe de l’attaque alpine cette fin de semaine.

1 – Une attaque en berne. On pourrait se contenter de pointer un lien vers le résumé vidéo de la défaite face à Châteauroux, sans plus développer. Contre la Berrichonne, les attaquants du GF38 ont dépassé le stade du manque d’efficacité. Anthony Belmonte a parlé de faute professionnelle, de notre part c’est surtout de l’incompréhension face à certains gestes manqués et surtout à la répétition de ceux-ci. Pourquoi pas reposer un peu Moussa Djitté qui donne énormément et s’use peut être également en étant sous le feu des projecteurs en ce moment. Pourquoi pas envoyer Terelle Ondaan se « ressourcer » en réserve. La prestation de vendredi dernier pourrait entraîner un rabattement des cartes. Et Florian Raspentino pourrait forcément en bénéficier.

2 – Raspentino, lui, a marqué. Deux fois, et il a délivré une passe décisive. Que des actions de « vrai » attaquant, à chaque fois dans la surface (1er but après avoir été lancé en profondeur, 2ème but de la tête après s’être parfaitement démarqué sur corner). A contrario il n’a pas « croqué » ce samedi.
A relativiser vu que c’était en R1 avec la réserve, face à une adversité moindre qu’en Ligue 2. Mais si on ne parle que de geste et d’efficacité, il a montré ce côté tueur qui a manqué la veille, quand il ne manquait finalement que les conclusions, L2 ou pas.

3 – L’état d’esprit est toujours là. La critique du joueur est logique. Arrivé comme le « star » du dernier recrutement estival, de par son parcours et sa saison réussie avec le VAFC, Raspentino n’a pas marqué un seul but officiel avec l’équipe fanion de son nouveau club. On ne peut que parler d’échec, nul besoin d’épiloguer sur les raisons.
Mais derrière le joueur il y a l’homme. On en connaît certains qui auraient baissé les bras, qui auraient rechigné à aller jouer sur « un terrain de district » (la pelouse de Paul Elkaim était catastrophique samedi), ou qui aurait même tout simplement cherché une excuse pour y échapper. Lui il y est allé à 100%, avec le sourire et en s’intégrant bien au groupe. Un état d’esprit qu’il répète également lors des entraînements, malgré la situation et une déception qu’il est le premier à partager. Cette qualité là lui permettra de sortir la tête de l’eau. Et pourquoi pas dès vendredi ?

4 – Un joueur à relancer. L’attaquant est sous contrat jusqu’en 2021. Rien ne dit qu’il partira l’été prochain. On ne compte en outre plus les joueurs qui ont traversé comme des fantômes une saison avant de briller la suivante (l’inverse est aussi vrai). « Ne pas laisser un joueur sur le bord de la route », est une expression qui peut s’appliquer à Florian. Un Raspentino qui retrouverait la confiance serait une bonne nouvelle pour tout le monde.

5 – Parce que Caen. L’attaquant a déjà évolué avec Caen en Ligue 1, lors de la saison 2014-2015. Une aventure normande pas vraiment couronné une réussite malgré une passe décisive dès la première journée de L1 et un premier (et unique) but quelques semaines plus tard contre Toulouse. Le joueur a également révélé dans les colonnes du Dauphiné Libéré qu’il avait été en contact avec le SM Caen pour le rejoindre cet hiver. L’histoire entre le joueur et le club est donc un peu particulière, là aussi on sait que dans le football c’est souvent une motivation supplémentaire pour briller.

Titulaire ou pas vendredi ? Dans le groupe pour la Normandie ou une nouvelle fois à l’écart ? Réponse au cours des prochains jours. Mais après la défaite face à Châteauroux, il serait surprenant de ne rien voir bouger.

Leave a Comment