Un orage et des espoirs : retour sur GF38 – Nîmes

Un orage et des espoirs : retour sur GF38 – Nîmes

Les footballeurs du Grenoble Foot 38 disputaient ce vendredi leur troisième match amical. Sans doute le plus attendu de la préparation, du fait du lieu (retour au Stade des Alpes) mais surtout de l’adversaire, le Nîmes Olympique de Bernard Blaquart et Yan Marillat, pensionnaire de Ligue 2. Verdict ? Un match nul et vierge mais de qualité et des motifs de satisfaction.




Le match en un clin d’œil
Le live
Les photos
Le résumé vidéo

A respectivement une et deux semaines du coup d’envoi officiel de leur saison, nîmois et grenoblois abordaient cette rencontre avec l’envie d’en faire un « match référence » pour reprendre les propos d’Olivier Guégan.
Plus qu’un simple match de préparation dans les discours, cette rencontre l’a aussi été sur le terrain. Et malgré des conditions de jeu très difficiles. Les deux formations ont montré beaucoup d’application et ont su mettre de l’impact. On a bien sûr assisté à des phases de jeu plus brouillonnes et à quelques temps faibles physiquement mais rien de comparable aux deux premiers matchs de préparation des Grenoblois, autrement plus concentrés – et il fallait bien ça vu la qualité de l’adversaire.
On notera également qu’à l’heure de jeu Olivier Guégan n’avait effectué que deux changements, bien loin de l’habituelle valse opérée dans ce type de match. Le technicien a-t-il un début de 11 type en tête ? Peu probable, d’autant qu’il manquait Tirard et Peuget, deux des trois recrues. Mais il a montré la volonté de laisser du temps aux joueurs en place et de ne pas trop casser le rythme du match.

Quant à Nîmes, pour faire simple, c’est sans doute la plus belle équipe qu’a eu à affronter Grenoble sous l’ère Guégan. Les Crocos, qui ont manqué de peu l’accession en L1 la saison dernière, affronteront un gros morceau pour le coup d’envoi de la L2 dans une semaine, Reims. Autant dire que les Gardois étaient prêts pour « la répétition générale » souhaitée par leur entraîneur Bernard Blaquart.
Le premier tiers du match – marqué par un petit arrêt de 6 minutes à cause de l’orage – a d’ailleurs été à l’avantage des visiteurs. Les Grenoblois voyaient peu le ballon et le perdaient trop rapidement face à des Nîmois combinant vite et bien sur le plan offensif.
Il fallait le passage en 352 (on y reviendra plus largement dans un article dédié) – Spano, VDA (le relanceur jeu long du trio), Bengriba se positionnant en défense, Demba s’occupant d’animer le couloir gauche – pour voir les Grenoblois densifier le milieu de terrain et ainsi sortir la tête de l’eau.

A partir de là le jeu s’équilibrait et les pensionnaires du Stade des Alpes se procuraient même les plus grosses occasions du 2ème acte, profitant intelligemment des espaces mais pêchant dans la finition. Récupération, projection rapide vers l’avant avec des joueurs de couloir rapide et percutant, la recette est connue depuis le saison dernière. On vous renvoie sur notre résumé vidéo pour voir ou revoir les actions les plus tranchantes des deux équipes.

Le verdict est donc positif pour le GF38, qui a su faire jeu égal (physiquement, techniquement) avec une belle équipe de L2 (en outre en avance dans sa préparation) et monter en puissance au fur et à mesure d’un match débuté plus poussivement.

De là à dire que Grenoble va marcher sur le National ne nous emballons pas trop vite. Les partenaires de Deletraz ont avant tout gagné quelques certitudes ce vendredi sur leur état de forme actuel. Il reste deux semaines pour peaufiner encore tout ça. La première vérité importante sera à aller chercher le 4 août, face à l’ESSG.

Leave a Comment