Stade des Alpes : une gestion avec le FCG « oui, mais »

Stade des Alpes : une gestion avec le FCG « oui, mais »

Nous avons pu discuter en cette entame de trêve des confiseurs avec le manager général Grenoble Foot 38 Max Marty de tous les sujets chauds du moment. Tout au long de la semaine, vous pourrez ainsi retrouver des articles thématiques sur le bilan de la première partie de saison, les objectifs à court et moyen termes, le mercato…

Retrouvez également les précédentes thématiques abordées :

I – Qui sont les joueurs en fin de contrat

II – Quels mouvements cet hiver ?

III – Où en est le centre de formation ?

IV – « Hinschberger est l’homme de la situation » : le point sur le futur du staff

V – « Je suis dans une colère noire » : le point sur la situation de la réserve grenobloise

VI – Le bilan : pas satisfaisant mais cohérent

Pour terminer la semaine, abordons la question de la gestion du Stade des Alpes. Comme nous vous l’indiquions il y a déjà quelques mois, la délégation à Sogestal ne sera pas reconduite l’an prochain et le mode de gestion de l’enceinte grenobloise va devoir nécessairement changer. Parmi les options réfléchies : un co-gestion des deux clubs résidents : FC Grenoble Rugby et Grenoble Foot 38. Une idée qui a déjà fait son chemin et qui est sur la bonne voie, comme nous l’a expliqué Max Marty.

« C’est une solution évidente mais il y a toujours des éléments à lever, ce qui est logique puisque ça ne s’est jamais fait ailleurs. J’ai toujours pensé qu’on pouvait mutualiser les choses. Maintenant, comme dans toute association, il faut un « leader » pour qu’en cas de bug (MM fait notamment référence à d’éventuels doublons, ndlr) – même si je pense qu’il n’y en aura pas – on puisse anticiper une solution. On sait également qu’en cas de montée en Ligue 1 nous aurons droit à un cahier des charges beaucoup plus contraignant donc c’est aussi penser à anticiper pour ne pas signer une convention qui nous empêche de jouer en Ligue 1 parce qu’on n’entrerait pas dans les normes. »

La cohabitation dans un SDA alors co-géré par les deux clubs grenoblois pourrait donc durer à condition qu’une entente sur certains points clés réussissent à être trouvée. Pour vous simplifier le sujet il s’agit très caricaturalement de définir en amont qui sera prioritaire en cas de doublon.

Leave a Comment