Si les matchs s’arrêtaient à la mi-temps, le GF38 serait bon dernier…

À l’exception de deux matchs : le premier de la saison, contre Sannois-Saint-Gratien, et le dernier contre Laval, le GF 38 livre des matchs consistants mais inégaux. Un GF38 qui doit souvent concéder le premier but et courir après le score sans que cela ne l’empêche pour autant de prendre des points… pour l’instant du moins.




Il nous fallait écrire cet article avant que la roue tourne – puisque la routourne va tourner. Contre les Lavallois, Grenoble a confirmé ce changement de tendance : finies les ouvertures du score faciles pour l’adversaire. Pied au plancher, les joueurs d’Olivier Guégan ont livré une première période de grande qualité dont la seule ombre a été cette égalisation sur un coup de pied arrêté à la 44e minute. Et pourtant, ça n’a pas toujours été le cas depuis le début de la saison…

Le calendrier du GF38 depuis le début de la saison. En vert, lorsque Grenoble rentre au vestiaire avec l’avantage au tableau d’affichage (spoiler : ça n’arrive pas souvent…), en orange lorsqu’il y a nul à la mi-temps et en rouge, évidemment, quand le GF est mené à la pause (spoiler : ça arrive plus souvent).

 J1. À l’Entente Sannois-Saint-Gratien : 0 – 2  (score à la mi-temps) / 0 – 3 (score final)

J2. Contre Rodez : 0 – 0 / 1 – 1

J3. À Boulogne : 0 – 0 / 0 – 1

J4. Contre Dunkerque : 0 – 1 / 2 – 1

J5. À Créteil : 0 – 0 / 2 – 0

J6. Contre le Red Star : 0 – 0 / 0 – 0

J7. À Pau : 0 – 0 / 0 – 0

J8. Contre Cholet : 0 – 1 / 0 – 2

J9. À Marseille-Consolat : 1 – 0 / 1 – 2

J10. Contre Avranches : 1 – 1 / 3 – 1

J11. À Lyon La Duchère : 1 – 0 / 2 – 4

J12. Contre Laval : 1 – 1 / 1 – 1

Alors évidemment, ces statistiques sont à prendre avec des pincettes et il est difficile de juger un match seulement sur une période. Pour autant, elles sont quand même révélatrices d’un vrai « problème » – chacun appellera cela comme il veut puisqu’on peut aussi évidemment le tourner dans l’autre sens et constater que le GF38 domine largement ses secondes périodes, parvenant même à trois reprises à complètement renverser la situation. Il n’est quand même pas anodin de constater qu’à la pause les Grenoblois ne sont rentrés qu’une seule fois au vestiaire avec l’avantage au score. Une fois en douze matchs.

Après, encore une fois, il faut saluer la force de caractère et l’intensité mise par les Isérois pendant 90 minutes qui font souvent craquer leurs adversaires. En seconde période, le GF 38 a pris 13 points de plus (trois défaites et deux nuls à la mi-temps qui se sont transformés en victoire) que ce qu’il n’avait à la pause. Ce n’est ainsi arrivé qu’une seule fois que les hommes d’Olivier Guégan terminent un match avec moins de point dans la valise qu’ils n’en avaient à la pause. C’était à Créteil, une rencontre que Grenoble a joué à dix pendant une grande partie de la seconde période, puis à neuf. Des statistiques donc qui soulignent bien que le Grenoble de cette année est à double-visage : davantage dans la réaction que dans l’action. Difficile cependant de donner tort à ce GF, 4e pour l’instant de National 1 et solidement accroché au peloton de tête. D’autant plus que l’on a bien vu que ce groupe était capable de renverser des situations pourtant bien mal embarquées et de changer le cours de certaines rencontres après des premières périodes moyennes. Attention toutefois : si la roue peut tourner dans le bon sens, gare à ce que cette habitude d’être mené au score ne devienne pas un frein aux ambitions grenobloises.

Le classement de National 1 si les matchs s’arrêtaient à la mi-temps

  1. Laval : 23 points
  2. Red Star : 19 points
  3. Lyon La Duchère : 19 points
  4. Dunkerque : 18 points
  5. Marseille-Consolat : 18 points
  6. Béziers : 17 points
  7. Chambly : 17 points
  8. Cholet : 16 points
  9. Sannois-Saint-Gratien : 16 points
  10. Les Herbiers : 16 points
  11. Boulogne : 16 points
  12. Concarneau : 16 points
  13. Rodez : 12 points
  14. Pau : 12 points
  15. Créteil : 11 points
  16. Grenoble : 10 points
  17. Avranches : 10 points

1 Comment on this Post

  1. Et si on joueait que des 2eme mi temps, on serait 1er, il fallait l’écrire aussi !!!

    Répondre

Leave a Comment