Loris Néry : « On ne va pas à Saint-Etienne en victime »

Loris Néry : « On ne va pas à Saint-Etienne en victime »

Le match chez l’ASSE aura une saveur particulière pour Loris Néry, né à Saint-Etienne et formé chez les Verts. Le latéral du GF38, qui devrait être titulaire ce samedi compte tenu des suspensions de Paquiez et Gersbach, s’est livré dans les colonnes du Dauphiné Libéré de ce vendredi.

Le Ligérien a d’abord rappelé l’importance du club à Saint-Etienne. « Il y a l’idée de passion, de transmission aussi. Cette passion se transmet de génération en génération. Quand on enfile le maillot vert, on enfile aussi l’histoire qui va avec. Il y a des devoirs à assumer sur le terrain. »

Des devoirs que Loris Néry connait bien pour avoir porter le maillot vert depuis son plus jeune âge. « J’ai attaqué le foot à Saint-Étienne dès les débutants. La suite, c’est un rêve qui devient réalité. Quand j’étais petit, j’étais dans les tribunes. Il y avait une telle ferveur… Un peu plus grand, j’ai même été dans les kops. […] Tout le monde était supporter de l’ASSE chez moi. À partir du moment où j’ai intégré le centre de formation, tout le monde était derrière moi. Ils ont tous poussé pour que je puisse atteindre mon rêve. Un rêve. C’est le terme qui convient, peut-être encore plus qu’ailleurs. Quand tu débutes à Saint-Étienne, tu rêves de porter ce maillot en pro. Des plus jeunes aux plus vieux, c’est une culture à part. Tu rêves d’intégrer l’effectif professionnel. Et quand tu y parviens, c’est une fierté. Je ne représentais pas que mon cas personnel, je représentais tout une famille ! »

Mais ce samedi, c’est bien avec le maillot du GF38 qu’il pénètrera sur la pelouse de Geoffroy-Guichard pour un match où il aura à cœur de briller si son entraîneur fait appel à lui. «  J’ai noté cette date sur l’agenda dès le départ ! Je suis déjà revenu à Geoffroy-Guichard quand je jouais en Ligue 1 avec Valenciennes, mais c’est toujours le même pincement au cœur de retrouver ce stade. Collectivement, après notre victoire contre Caen (1-0), on va à Saint-Étienne sans trop de pression. On a hâte de jouer ce match, avec le retour du public dans le stade, avec la présence de supporters grenoblois aussi… Sans y aller en victime bien sûr. On veut jouer un mauvais tour à Sainté. »

L’intégralité de l’entretien est à retrouver dans le Dauphiné Libéré de ce vendredi 30 septembre 2022.

Leave a Comment