Loris Nery : « Je me retrouve dans les valeurs du GF38 »

Loris Nery : « Je me retrouve dans les valeurs du GF38 »

Arrivé dans les Alpes lundi lors du dernier jour du mercato, Loris Nery (crédit photos GF38) a participé ce mercredi matin à son premier entraînement avec sa nouvelle équipe. Le latéral droit du GF38 nous a également accordé dans l’après-midi un entretien. Il y revient notamment sur sa venue à Grenoble et sur le rôle qui sera le sien pour la suite de la saison.

Bonjour Loris, une connaissance commune nous a dit que tu étais un « anti foot-business », est ce que tu es d’accord avec ça et, si oui, c’est quoi, plus concrètement, être anti foot-business ?

Oui je suis plutôt d’accord avec ça. C’est considéré que tout ce qui gravite un peu au tour du foot de haut niveau, l’argent et compagnie, tue petit à petit ce sport. C’est un milieu particulier. Quand j’ai commencé c’était moins comme ça, ça évolue vite depuis quelques années et pour moi c’est dommage.

Pour en venir à Grenoble, comment s’est déroulée ta venue à Grenoble. Il y a quelques semaines tu évoquais également ton avis d’aller à l’étranger ?

Effectivement j’aurais aimé avoir une expérience à l’étranger. Avec ma femme et les enfants nous étions prêts à partir. J’avais envie de découvrir une autre culture, un autre pays… Le Coronavirus n’a pas aidé à réaliser ce projet.
Pour ce qui est de Grenoble le premier contact a eu lieu le vendredi avant le match contre Valenciennes et le dimanche soir c’était fait ! Cela a donc été très rapide.

Qu’est ce qui t’a convaincu de rejoindre le GF38 ?

On parlait tout à l’heure de foot business, je trouve justement que Grenoble n’est pas dans ce modèle là. Il dégage l’image d’un club bien structuré mais qui a su garder un aspect familial. C’est un club qui est entrain de se développer, qui se bâtit au fur et à mesure et je me retrouve dans ses valeurs.

Tu te rapproches également de Saint-Etienne d’où tu es originaire, cela a été un argument supplémentaire ?

Pas spécialement vu que j’étais dans l’optique de partir à l’étranger, cette proximité n’était pas un critère de choix. Mais ça fait bien sûr plaisir, les grands-parents pourront venir me voir !

« Bénéfique pour tout le monde quand il y a de la concurrence »

Tu as un frère qui joue à l’Etrat, c’est un lointain objectif de fin de carrière de pouvoir jouer avec lui ?

Vraiment le plus tard possible alors (rires) ! Mais en criterium, quand le football ne sera plus qu’un loisir ça se fera certainement.

Retour sur le GF38 : quel regard portes-tu sur le début de saison de tes nouveaux coéquipiers ?

Ils font vraiment un très beau début saison, cela peut être la bonne surprise de ce championnat. C’est vraiment un bon groupe de ce que j’ai vu depuis que je suis arrivé. Je connais également pas mal de joueurs qui m’ont dit cela, que le groupe vivait bien. C’est un élément qui peut faire la différence dans les moments difficiles. Nous les recrues on est là pour apporter notre pierre à cet édifice.

En ce qui te concerne plus précisément, quelles sont les attentes de Philippe Hinschberger ?

A la base je suis pris comme n°2 derrière Jordy Gaspar. Il m’a dit d’apporter mon expérience des matchs en Ligue 1 et Ligue 2, que c’était important dans un groupe d’avoir des joueurs plus expérimentés, d’apporter également mon caractère, ma joie de vivre. Je sais aussi que la concurrence sera saine et sans prise de tête et qu’il y aura des occasions de jouer entre les blessures, les suspensions, le Covid…. Je suis également là pour pousser Jordy de manière positive. C’est bénéfique pour tout le monde quand il y a de la concurrence.

  1. […] Source : Métro Sports […]

Leave a Comment