Kais Djellal (US Orléans) : « Je suis vraiment confronté aux exigences du monde pro »

Kais Djellal (US Orléans) : « Je suis vraiment confronté aux exigences du monde pro »

On a pris quelques nouvelles de Kaïs Djellal pour savoir comment se passer son « re-confinement » du côté d’Orléans qu’il a rejoint il y a quelques mois. L’occasion de revenir également sur son début de saison avec l’USO et sur ses objectifs pour la reprise et la suite de la saison.

Bonjour Kaïs, comment s’est passé ce re-confinement, tu es resté à Orléans depuis la coupure ?

Cela n’a pas trop changé mon quotidien puisqu’on a continué les entraînements tous les jours et même deux fois par jour les lundi et vendredi. On fait également beaucoup de muscu’ ces dernières semaines. La seule différence, même s’il est d’importance, c’est que nous n’avons plus de matchs. On se contente de petites oppositions, comme vendredi dernier contre la L1 (il s’entraîne avec le groupe N3 d’Orléans, ndlr). C’est parfois compliqué, usant, de ne faire que des entraînements mais vu la situation on fait avec en espérant un retour rapide du championnat.

Est-ce que tu peux nous dire quelques mots de ton adaptation à Orléans et de ton début de saison ?

Pour le début de saison avec l’équipe réserve qui évolue en National 3 on peut dire qu’on fait plutôt une bonne entame avec des résultats mitigés mais un bon contenu. Je suis également redescendu à quelques reprises en U19 Nat’ pour les gros matchs. L’équipe est dans un très bon groupe mais il y a beaucoup de qualité et on est actuellement classé 2ème avec un match en retard. Si on le gagne on passera premier.

D’un point de vue personnel je suis plutôt content de mon début de saison et juste avant la coupure je restais sur deux buts et une passe décisive, donc ça se passait de mieux en mieux.

L’intégration a été vraiment très facile. Dans le club comme dans la ville que je commence à bien connaître et qui est une très belle ville. Après c’est vrai qu’avec le confinement heureusement qu’il y a le foot pour occuper le quotidien.

Quelle(s) différence(s) tu vois par rapport à ce que tu as pu connaître à Grenoble ?

La charge de travail est différente, cela a d’ailleurs été dur au début pour prendre le rythme puisque je suis passé de 3-4 entraînements par semaine à 7-8 avec Orléans.
Ici tout est mis en place pour aider les joueurs à progresser. Il y a un suivi sur tout : la nutrition, la muscu avec un programme à suivre tous les jours avant les entraînements. Je dirais que je suis vraiment confronté cette année avec les exigences du monde professionnel, on est mis face à ça.

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite de la saison ?

Déjà de retrouver la compétition ! C’est un vrai manque de ne pas avoir d’enjeu, d’avoir la petite pression de devoir gagner. Surtout qu’en U19 on joue les premiers rôles ce qui rajoute un peu plus de piquant.
Pour les objectifs collectifs, en U19 on n’en parle pas spécialement mais jouer les play-offs peut être une belle ambition. En N3 essayer de finir dans les trois premiers. Dans les deux cas continuer à proposer des contenus intéressants et de progresser collectivement.
Personnellement continuer d’être décisif et pourquoi pas essayer en fin de saison de cotoyer le groupe professionnel lors des entraînements. Pour cela je dois continuer à être sérieux et à bien travailler au quotidien. On a un staff pro qui nous suit beaucoup même quand on va jouer en U19. On sait que le travail et les progrès seront repérés. Cela motive encore plus à se donner les moyens de réussir.

De retour à Grenoble pour la trêve ?

A vrai dire je ne sais même pas encore quand on aura quelques jours de vacances mais oui retour dans la famille pour Noël et le jour de l’an normalement !

Crédit photo : US Orléans

Leave a Comment