GF38 – Troyes : le débrief

GF38 – Troyes : le débrief

Vendredi soir au Stade des Alpes, pour le compte de la 12ème journée de Dominos Ligue 2, les Grenoblois se sont inclinés face à Troyes dans un match assez terne. Revenons sur cette rencontre.




Le GF, huitième après 12 journées

Tout d’abord, d’un point de vu comptable, le GF38 réalise forcément une mauvaise opération, avec cette fin de série de trois victoires d’affilées. En effet, conjuguée aux victoires d’Orléans, du Paris FC ou même de Niort ; elle s’accompagne d’une petite chute au classement avec une huitième place, à l’aube de la 13ème journée. Surtout, les Grenoblois laissent leur adversaire d’un soir revenir à 4 points. Mais cette huitième place est à nuancer car seulement deux points séparent le GF38 d’Orléans et Lorient, les deux barragistes. C’est donc une deuxième défaite à domicile qui a des conséquences au classement mais qui ne distance pas les Grenoblois du haut de tableau.

Par ailleurs, même si les conséquences au classement restent moindres, la rencontre proposée vendredi soir s’est révélée assez ennuyante pour les spectateurs du Stade des Alpes, avec très peu d’occasions des deux côtés. Philippe Hinschberger avait aligné la composition attendue, avec les titularisations de M’changama et Nombris à la place d’Elogo et de Bengriba. Camara était titulaire dans les buts, suite à la blessure de Maubleu.

Des occasions rares

La première mi-temps aura été très terne. Sans doute l’une des plus mauvaises de la saison à domicile, en termes de spectacle. En effet, les hommes de cap’tain Spano ont éprouvé de grandes difficultés à se créer des occasions et à amener du danger sur la cage de Samassa. Les joueurs offensifs grenoblois ont d’ailleurs très peu existé dans cette rencontre, à l’inverse du fort potentiel offensif troyen, techniquement supérieur.

Camara moins rassurant

On retiendra des 45 premières minutes la tentative ratée de retournée de Sotoca sur un bon centre de Gibaud. Le numéro 7 grenoblois aura été un peu plus à l’aise que ses deux compères d’attaque M’changama et Chergui. Tout comme Pierre Gibaud, auteur à nouveau d’une bonne prestation dans le couloir droit de la défense, où il s’impose comme un vrai concurrent d’Habou Demba. Les Grenoblois, tout comme les Troyens n’ont pas proposé beaucoup de spectacle et Camara n’aura pas eu à s’employer. Ce dernier, moins rassurant que face à Nancy, auteur de quelques sorties hasardeuses n’a pas été très à son aise non plus dans cette rencontre. Très peu sollicité par les attaquants de l’ESTAC, il n’a pas su se montrer décisif sur les deux seules véritables occasions adverses.

Le tournant du match manqué face au réalisme troyen

Avant d’encaisser deux buts, les grenoblois étaient entrés un peu mieux dans la deuxième partie de la rencontre, en se procurant notamment une occasion énorme à la 70ème. Sotoca trouvait la transversale de Samassa, sur un centre d’Elogo, auteur d’ailleurs d’une bonne entrée sur le côté gauche. Sans doute le tournant du match. Car 5 minutes après, sur un contre troyen, Touzghar ouvrait la marque pour Troyes. La vitesse troyenne aura d’ailleurs gêné les défenseurs grenoblois.

On aura donc vu des grenoblois peu inspirés mais qui ont affiché une meilleure maîtrise du ballon que les troyens (57% de possession). Toutefois, l’équipe a manqué de liant entre les phases défensives et les phases offensives. Le milieu grenoblois était un peu moins à son aise qu’à l’accoutumé. Même si Jessy Benet a livré une bonne prestation dans un registre assez offensif.

Dans un match fermé où les occasions ce sont fait rares, le réalisme a donc manqué aux joueurs de Hinschberger. A l’inverse des joueurs de l’ESTAC qui ont fait preuve d’un réalisme impérial avec deux buts pour seulement trois tirs cadrés. Les bleus et blanc n’ont toutefois pas à rougir de leur prestation face à une équipe qui évoluait encore en Ligue 1 il y a 6 mois. Cette défaite, où le match nul aurait été plus logique, aura l’avantage de « nous faire garder les pieds sur terre » (dixit Philippe Hinschberger en conférence de presse).

  1. By Le GF38 frappe fort à Orléans ! - GrenobleFoot on 03/11/2018 at 16 h 52 min

    […] Battu sur sa pelouse par Troyes la semaine dernière, le GF38 s’est parfaitement relancé en allant chercher une victoire avec la manière chez l’US Orléans qui restait pourtant sur 6 victoires de suite en Ligue 2 et qui n’avait plus encaissé de but en championnat depuis plus de 500 minutes. L’équipe de Philippe Hinschberger, dominatrice dans tous les secteurs du jeu, s’est imposée 3-0 grâce à un doublé de Florian Sotoca et un pénalty de Youssouf M’Changama. […]

Leave a Comment