Le GF38 sort par la grande porte

Le GF38 sort par la grande porte

Le GF38 s’est incliné contre un solide Racing de Strasbourg en 8ème de finale de la Coupe de France. Les Grenoblois ont dominé la partie. Mais ont trop souvent gâché. La place y était pour une qualification et un quart de final face à…Chambly aussi pensionnaire de National.




 

Pour ce 8ème de finale, Olivier Guégan troque son 3-5-2 contre un 4-3-3 avec notamment Selim Bengriba en défense centrale et Ugo Guégan au poste de latéral gauche. Une défense largement remaniée à cause des indisponibilités de Maxime Spano (malléole) et Éric Vandenabeele (suspendu). Habituellement titulaire dans les buts pour la Coupe de France, Pape Camara est remplacé par Brice Maubleu au coup d’envoi après s’être blessé au dos le matin du match…Le milieu de terrain est plus classique avec une triplette Coulibaly-Delétraz-Benet. Tandis que l’attaque est animée par l’indéboulonnable Florian Sotoca avec Lakdar Boussaha en avant-centre et Alharbi El Jadeyaoui pour occuper l’aile gauche.

Les hommes de Olivier Guégan sont les premiers à allumer la mèche avec une énorme occasion de Julien Delétraz. Le capitaine isérois reprenait un centre de Al Jadeyaoui, loupé par Boussaha…mais le Strasbourgeois Ernest Seka empêchait le ballon de rentrer juste devant sa ligne (3ème). Grenoble ne cessait de mettre la pression, à l’image de Florian Sotoca, placé sur son mauvais pied à l’angle gauche de la surface mais la frappe était complètement devissée (7ème). Et à force de laisser passer sa chance, les Alsaciens, eux, ne la loupent pas en ouvrant le score grâce à Stéphane Bahoken complètement oublié au deuxième poteau et qui crucifiait Maubleu d’un plat du pied à bout portant aux six mètres. Mais les hommes de Guégan continuaient de pousser, bien emmener par les 12 699 spectateurs du Stade des Alpes et un kop de supporters qui avait retrouvé un virage pour ce 8ème de finale. Un kop qui pestera contre la lenteur du portier strasbourgeois Alexandre Oukidja pour dégager. Ce dernier ramassera d’ailleurs un projectile dans sa surface pour l’apporter à l’arbitre de la rencontre Olivier Thual (42ème). Juste avant la pause, Harouna Abou Demba délivra un énième centre dangereux…mais Oukidja était encore impeccable pour éloigner le danger.

Strasbourg se montrera dangereux par Bahoken qui déclenchera une frappe aux 30 mètres (50ème), qui terminera en sortie de but après avoir effleuré le montant gauche de Maubleu. Un quart d’heure plus tard, c’est Sotoca qui enroulera son ballon aux 16 mètres. Mais une nouvelle fois, le cuir fuira de peu le cadre.

Le réalisme continue de fuir le GF38

Au retour des vestiaires, Julien Delétraz était remplacé par Raphaël Gherardi. Olivier Guégan choisissant d’évoluer en 4-2-3-1 pour le second acte avec Gherardi en meneur. Deux minutes après la reprise, le GF croira ouvrir le score par Florian Sotoca qui avait repris un tir loupé de Boussaha…Mais le numéro sept grenoblois sera signalé hors-jeu…injustement. Ce but refusé redonne encore un peu plus de peps aux bleus isérois. Quelques secondes plus tard, le même Sotoca adressera un centre…juste trop haut pour Boussaha, très remuant tout au long de la partie, qui ne pourra smasher sa tête à bout portant. Strasbourg se montrera dangereux par Bahoken qui déclenchera une frappe aux 30 mètres (50ème), qui terminera en sortie de but après avoir effleuré le montant gauche de Maubleu. Un quart d’heure plus tard, c’est Sotoca qui enroulera son ballon aux 16 mètres. Mais une nouvelle fois, le cuir fuira de peu le cadre. La plus grosse occasion grenobloise restera cette frappe du même Boussaha à l’entrée de la surface (69ème), claquée de justesse par Oukidja.

Le Racing pliera le match à la 78ème minute grâce à Martin Terrier, entrée en jeu à la 63ème. Le futur lyonnais trompe Maubleu en face à face après avoir été lancé par Anthony Gonçalves au terme d’une contre-attaque éclaire. Et en profitera pour déclencher une mini échauffourée. Quatre minutes plus tard, un coup franc de Gherardi aux 20 mètres heurtera le poteau gauche de Oukidja.

Dans le temps additionnel Gonçalves achèvera complètement Grenoble sur un coup franc à la limite de la surface, dévié par Sotoca et qui prendra Maubleu à contre-pied (90+4). Les hommes de Thierry Laurey auront parfaitement joué le coup jusqu’au bout en faisant le dos rond. Dans un match où le réalisme aura fui Grenoble…et souri aux Alsaciens.

Leave a Comment