Du stress et des paillettes – Retour sur la victoire du GF38 contre Valenciennes

On a vécu une très belle soirée de football au Stade des Alpes ce vendredi. Du spectacle et des buts sur la pelouse, une ambiance de folie dans les tribunes malgré une affluence décevante (6091 spectateurs annoncés) et un résultat positif avec une victoire convaincante du GF38 après 3 journées sans succès et sans but. Les joueurs de Philipper Hinschberger nous ont quand même fait quelques frayeurs… Retour sur ce Grenoble – Valenciennes.




Des buts… enfin

Grenoble a plus fait trembler les filets en un match que depuis le début de la saison. Et les attaquants ont eu, une fois n’est pas coutume, leur part du gâteau. On peut faire la fine bouche en regrettant quelques situations mal négociées ou en pointant (à juste titre) les grosses lacunes de la défense nordiste. Mais on ne boudera pas notre plaisir. Cela faisait longtemps que le Stade des Alpes n’avaient pas été le théâtre d’un tel festival offensif. Depuis 2014 exactement et une victoire 6-1 contre Villefranche.

La bonne formule devant ?

Nous avions eu le nez creux en abordant la question du recentrage de Florian Sotoca avant le match. Philippe Hinschberger avait trouvé la prestation de son capitaine (en l’absence de Spano Rahou) très intéressante à Lorient. Ce n’est pas le match du #7 contre Valenciennes qui a dû le faire changer d’avis. Un jeu aérien très intéressant (donc on ne perd pas grand chose par rapport à un 9 plus physique), de nombreux appels, cette fois-ci davantage dans le bon tempo avec les passeurs (il avait été pris 3 fois au piège du hors-jeu contre les Merlus) et surtout énormément de mouvement entre tous les éléments offensifs de l’équipe.
Au cœur du jeu, M’Changama (2 passes dé) et Benet, souvent entre les lignes, ont été à l’initiative des bons coups. Chergui reste sur son petit nuage et a martyrisé son opposant tout au long de la partie (avec et sans ballon) et Elogo a livré une très bonne première période, même s’il a un peu baissé de pied par la suite.
Les Grenoblois se sont bien trouvés, se trouvent même de mieux en mieux. Avant sa sortie prématurée, Abou Demba avait même réussi sa meilleure entame sur le plan offensif depuis le début de la saison dans son couloir droit, apportant un danger supplémentaire.

PH a-t-il trouvé sa bonne formule devant en alignant un trio plus mobile ? On aurait tendance à le penser (avec peut être Jigauri à la place d’Elogo, ce qui remettrait Chergui à gauche) après la prestation des Isérois. L’avenir devra le confirmer.

Une profondeur de banc

Le point noir de la soirée, c’est la sortie sur blessure des deux défenseurs Harouna Abou Demba et Eric Vandenabeele. Il faudra voir la durée de leur indisponibilité et si de son côté Maxime Spano Rahou va rapidement revenir. Mais ça fait potentiellement 3 défenseurs, tous titulaires avant leur blessure, sur le flanc.
Dans ce malheur, on a eu la confirmation que Grenoble était toujours avant tout un « groupe », avec des remplaçants capables de faire le job et de se mettre au niveau. Dady Ngoy a fait une excellente entrée, sur un poste qui n’est pas forcément celui où il a le plus ses marques même si Hinschberger le considère comme son latéral droit de secours. Taravel également, et il s’est offert par la même occasion son premier but en Ligue 2. L’entrée d’Ibou Coulibaly, dans une période plus compliquée, a également fait énormément de bien. Malgré une infirmerie désormais bien remplie, le GF38 a réalisé une prestation d’ensemble des plus satisfaisantes. C’est rassurant pour la suite dans le marathon qu’est le championnat Ligue 2.

Ne pas s’enflammer

Si le constat général est très positif, il ne faut pas tomber dans l’euphorie pour autant (et d’ailleurs dans les réactions d’après-match on a bien senti que personne ne se sentait arrivé). Car le GF38 aime se faire peur. L’égalisation de Valenciennes est intervenue suite à un ballon perdu ; après le 2ème but du VAFC il y a également eu une période de flottement qui n’a heureusement pas été préjudiciable. Ce Grenoble reste fragile par certains aspects, en tout cas pas suffisamment tueur, même si c’est paradoxal à écrire sur une équipe qui a marqué 4 buts.

Dans tous les cas, vivement la suite !

Leave a Comment