Des enchanteurs ou désenchantés ? Ce lundi le GF38 défie Clermont…

Des enchanteurs ou désenchantés ? Ce lundi le GF38 défie Clermont…

« Nous ne sommes pas des magiciens » disait Philippe Hinschberger à l’issue de la défaite à Troyes. Nous avons déjà dit ce que nous pensions du timing et de la forme de cette déclaration dans notre débrief’ du match.
C’est pourtant un nouveau sommet qui se propose aux Grenoblois ce lundi, avec la réception d’un Clermont Foot considéré par beaucoup comme la meilleure équipe du championnat. Le GF38 va donc devoir sortir quelques tours de son sac. Ou tout simplement démontrer que le 4ème du championnat n’est pas là par hasard et qu’il peut regarder TOUS ses adversaires droits dans les yeux dans cet haletant sprint final.

Pas de complexe d’infériorité ou de fatalisme

On a posé la question. On a eu les réponses. Les Grenoblois n’estiment pas avoir baissé les bras chez l’ESTAC une fois derrière au score samedi dernier.
Loic Nestor a rappelé que son équipe avait déjà réussi à battre Toulouse et Troyes (lors de la phase aller) et ne nourrissait donc pas de complexe d’infériorité face aux « gros » du championnat. On pourrait arguer que les circonstances étaient dans les deux cas favorables (TFC très amoindri lors de la J2 et exclusion très sévère d’un Troyen) et qu’il manque peut être toujours un vrai match référence au GF38 face à une autre équipe du Top 6 cette saison. Mais le discours du défenseur semblait sincère et ses arguments tout à fait recevables.
Son entraîneur est allé dans le même sens : il n’y a pas de fatalisme à percevoir dans son discours ou dans le comportement de son équipe. S’il y a eu des manquements et des erreurs dans l’Aube, ce n’est pas sur le plan mental qu’il faut les chercher.

Garder la « citadelle imprenable »

Psychologiquement, les Dauphinois sont au contraire remontés à bloc. Déjà parce que cette fin de saison n’est que du plaisir et que, comme l’a rappelé Hinschberger, « 16 équipes aimeraient être à la place du GF38 » en ce début du mois de mai.
Finalement la situation au classement, « le cul entre deux chaises », est presque une force dans la mesure où elle ne permet pas de trop donner dans le calcul à une équipe jamais très à l’aise quand elle se met à trop réfléchir.
Le technicien alpin, s’il a bien sûr débriefé les résultats avec son staff, n’a d’ailleurs pas regardé le multiplexe ce samedi soir. C’est anecdotique mais cela apporte une illustration concrète du discours « on ne s’occupe que de nous » répété à l’envie ces dernières semaines.
C’était également très agréable d’entendre Loic Nestor parler de victoire pour revenir à 2 points de Clermont plutôt que de match nul pour laisser Auxerre à 4 longueurs derrière. Les mots devront être suivi d’actes mais l’ambition nous semble bonne.
Les coéquipiers d’Adrien Monfray peuvent aussi s’appuyer sur leur invincibilité domestique qui, au fil des mois, est devenue un vrai levier psychologique et qui, comme l’a également rappelé Hinschberger, a aussi un impact chez l’adversaire. Pascal Gastien n’a d’ailleurs pas manqué d’aborder le sujet dans sa conférence d’avant-match.

Tours de passe-passe

Clermont, justement. Là aussi, cela prend de sacrés  « magiciens » pour renverser les Auvergnats qui pratiquent, à nos yeux, le plus beau football de Ligue 2 cette saison, basé sur la possession (2e équipe du championnat derrière Troyes) et le jeu en mouvement, tout en se montrant d’une grande solidité défensive (1ère défense de L2).
Ce qu’il n’a pas réussi à l’ESTAC, en tout cas pas sur la durée (le 1er quart d’heure étant de très grande qualité), le GF38 va devoir l’appliquer ce lundi.

Déjà à la récupération du ballon, contre une équipe très patiente sur ses phases de construction et alors que la palette offensive des Clermontois nous semble encore plus complète que celle de Troyes avec des latéraux n’hésitant pas à s’intercaler dans le cœur du jeu, de multiples solutions pour le porteur et des joueurs offensifs capable d’apporter de la vitesse et de la profondeur. Le tout réalisé avec une grande fluidité.
La difficulté principale résidera dans la gestion de tous les déplacements autour du porteur du ballon et obligera à une concentration maximum et à probablement beaucoup d’efforts. Hinschberger a d’ailleurs justement souligné que les mêmes erreurs que face à Sochaux auraient ce lundi de toutes autres conséquences. Le danger peut littéralement venir de partout.
Pour réduire ses efforts et s’offrir quelques temps de récupération – l’aspect physique sur la durée sera une des clés du match, le GF38 devra lui aussi développer ses phases de possession.
Comme Troyes (peut être moins « tout terrain ») Clermont opère un contre-pressing haut à la perte du ballon, davantage basé sur l’interception. On sait les Isérois en difficulté depuis plusieurs mois dès que leur adversaire vient presser les premiers relanceurs.
Pour s’éviter des phases de transition avec les flèches du Clermont Foot, il faudra donc que les pensionnaires du Stade des Alpes soignent particulièrement la qualité de leur jeu de passe et que les joueurs autour du porteur du ballon proposent des solutions.

Alors que Berthomier vient souvent épauler son attaquant pour presser les défenseurs centraux il faudra peut être apporter une solution supplémentaire dans l’axe. L’absence de Manu Perez est à ce titre préjudiciable, à Pickel ou Belmonte de venir apporter un surnombre au départ de la construction pour trouver davantage de lignes de passe.
Les centraux de Clermont jouant la plupart du temps en individuel, il y aura sans doute des possibilités de créer le danger en cherchant la profondeur. Le jeu entre les lignes des ailiers isérois et la capacité des latéraux à apporter le surnombre pourraient être des atouts pour désorganiser le double bloc très bien en place de l’équipe de Gastien.

Le retour de Maubleu ?

On ne va pas non plus trop en faire sur cette équipe de Clermont, même si elle est vraiment très complète, jamais que 5 points devant le GF38 après 36 journées.
Si Grenoble veut d’ailleurs jouer la montée directe, il faudra impérativement la battre ce lundi. Un match nul ne permettrait que d’avoir Auxerre à 4 points et donc de faire un petit pas de plus vers les barrages. Quant à une défaite, elle mettrait Gaspar et ses coéquipiers dans une situation fragile avant de se rendre chez l’AJA samedi prochain, pour un match de barrage avant l’heure.

Voilà donc les enjeux de cette rencontre pour laquelle Brice Maubleu pourrait faire son retour dans les buts alpins. PH n’a pas donné de réponse précise sur sa possible titularisation, mais il a tout de même indiqué que son gardien avait pu cette fois-ci effectuer une vraie et complète semaine d’entraînement. Alors que Salles a été moins impérial dans ses buts dans l’Aube que précédemment, c’est peut être le moment ou jamais de re-confier le poste au capitaine.
Pour le reste, Akim Abdallah jouera à gauche en l’absence de Mombris alors que Moussa Djitté suspendu la question de l’attaquant de pointe ne se posera pas cette semaine.

Les Grenoblois ont la maîtrise de leur destin. Ils devront toutefois montrer davantage que la semaine passée pour venir à bout d’une équipe de Clermont solide et inspirée, qui peut faire de son côté une très belle opération en cas de victoire. Peut être faudra-t-il un petit peu de magie ce lundi pour renverser la montagne. Mais, messieurs les Grenoblois, souvenez-vous aussi de votre place, de votre saison, des efforts consentis pour arriver là et pour rêver à plus encore. Rappelez-vous de tout ce que vous avez déjà accompli, de tout ce que vous avez en vous. Parce que tout ça, messieurs les Grenoblois, c’est tout sauf une illusion…

  1. […] Des enchanteurs ou désenchantés ? Ce lundi le GF38 défie Clermont… – il y a 17 heures […]

  2. […] Des enchanteurs ou désenchantés ? Ce lundi le GF38 défie Clermont… – il y a 18 heures […]

Leave a Comment