#Coup2Projo – RC Lens

Ce samedi, le GF38 se rendra dans un, si ce n’est le club le plus historique de Ligue 2 cette saison: le RC Lens. Un titre de champion de France en 1998, trois Coupes de France, une Coupe de la Ligue et même une Coupe Intertoto au niveau européen pour les lensois. C’est bien dans le stade mythique Felix-Bollaert que Grenoble se rendra ce samedi après-midi.




Le club :

Cependant voilà, après un début de siècle à un haut niveau (quasiment toujours entre la 2ème et la 8ème place), survient un coup de tonnerre et une descente en Ligue 2 en 2008, l’année suivante Lens ne fait pas de détails et remporte sans problème la deuxième division. S’en suivra néanmoins une nouvelle descente en 2011 et une autre après être remonté en 2015. Depuis les Sang et Or n’y arrivent plus, une sixième puis quatrième place et une montée manquée à la dernière journée en 2017 au profit d’Amiens et enfin une saison catastrophique lors du précédent exercice avec une petite 14ème et un maintien assuré de justesse.

Le début de saison :

Il y a eu du neuf dans le Nord, c’est le moins que l’on puisse dire, avec déjà l’arrivée de Philippe Montanier ancien coach de la Real Sociedad et de Rennes et un mercato ambitieux. Tout commence bien donc cette saison avec quatre victoires lors des quatre premiers matchs, et une invincibilité stoppée seulement lors de la sixième journée à Metz, concurrent direct à la montée. Ensuite le RCL a de nouveau enchaîné quatre succès en cinq matchs avant de se retrouver aujourd’hui avec trois défaites d’affilée et le même nombre de points que le GF38. La situation est donc assez idéale pour Grenoble, en pleine bourre qui se déplace chez un adversaire en difficulté sur ces derniers matchs et qui pourrait profiter de cela en le dépassant au classement.

Le mercato :

Il fut très agité pour le club du Nord, avec les départs en attaque d’Abdellah Zoubir, Ivan Lendric en Azerbaïdjan et en Slovénie ou encore de Kevin Fortuné et Cristian Lopez vers Troyes et Angers. Au milieu de terrain c’est Thomas Ephestion qui est parti vers Orléans et Guillaume Behgin vers le voisin Boulogne. En défense le Racing a cédé sa pepite William Bianda à la Roma pour six millions d’euros, plus expérimenté c’est le serbe Dusan Cvetinovic qui a rejoint la première division japonaise et le latéral Frédéric Duplus vers la Belgique, enfin c’est Nicolas Douchez le gardien de but qui est arrivé au Red Star.

Pour pallier tout cela, c’est d’abord Jean-Louis Leca qui est venu remplacer Douchez en provenance de l’AC Ajaccio. C’est le serbe Aleksandar Radovanovic et le franco-algérien Mehdi Tahrat qui sont venus renforcer la charnière centrale. Le latéral droit Fabien Centouze arrive quant à lui de Clermont et de l’autre côté c’est l’ancien grand espoir Massadio Haïdara qui revient en France après plusieurs années à Newcastle. Au milieu on a recruté des joueurs plus expérimentés qui connaissent la ligue 2 en la personne de Guillaume Gillet et d’El-Hadji Ba, anciens de Nantes et de Sochaux. Offesivement on a au contraire plus compté sur la jeunesse avec le recrutement de Yannick Gomis, auteur d’une belle saison avec Orléans mais aussi les arrivées en prêt du prodige de Manchester City Thierry Ambrose et de Grejohn Kyei en provenance de Reims.

L’effectif et le style de jeu :

Pour Philippe Motanier, cette saison le système de jeu varie entre un 4-2-3-1 et un 4-3-3 offensif. Pour ce qui est de la défense devant Leca, on retrouve Radovanovic associé à Tahrat, déjà bien imposé dans le club comme le prouve son brassard de capitaine qu’il a porté à plusieurs reprises. En tant que latéral gauche Haïdara semble être le titulaire mais si Arial Mendy génère de la concurrence, de l’autre côté c’est Centonze qui a la confiance de Montanier pour le moment. Pour les milieux défensifs on retrouve Ba souvent associé au très jeune Cheick Doucouré (18 ans) ou encore à Bellegarde (20 ans). Devant eux c’est Walid Mesloub (suspendu samedi) et ses 199 matchs de Ligue 2 qui occupe le poste de numéro dix. Pour ce qui est du trio d’attaque il s’agit d’Ambrose, Kyei et Gomis qui comptent quatorze buts à eux trois (respectivement quatre, deux et huit), les défenseurs grenoblois auront donc la tache difficile de les contenir samedi…

Leave a Comment