Brice Maubleu : « Accompagner un joueur pendant voire même après sa carrière »

Brice Maubleu : « Accompagner un joueur pendant voire même après sa carrière »

 

Le gardien du Grenoble Foot 38 Brice Maubleu a fait en début de semaine son entrée au sein du Comité Directeur de l’UNFP (Union Nationale des Footballeurs Professionnels), coprésidée par Sylvain Kastendeuch et Philippe Piat . L’occasion pour nous de discuter avec lui du « syndicat des joueurs professionnels », auquel peut également adhérer un joueur sous contrat fédéral, dont certaines actions demeurent méconnues du grand public.

Brice, pour commencer, comment pourrais-tu présenter en quelques mots au grand public l’UNFP ?

C’est un syndicat et comme tous les syndicats il est là pour défendre les droits des travailleurs, en l’occurrence ceux des footballeurs. Il participe donc au dialogue social, avec les clubs, la LFP.

Quelles sont les actions qu’il met en œuvre ?

Il y a des choses qui sont relativement connues comme l’aide aux joueurs qui sont au chômage avec des matchs organisés, des stages… Tout ce qui peut permettre de s’entraîner dans les mêmes conditions qu’un club professionnel et de rester en forme pour pouvoir retrouver le plus vite possible une équipe.
Après il s’agit globalement de défendre et d’accompagner un joueur pendant sa carrière, voir même après. Cela peut être de l’assistance juridique, de l’aide pour répondre à des questions sur un contrat, de la gestion de patrimoine, des formations, des aides à la reconversion….

L’UNFP porte également la voix des joueurs lors des grands processus décisionnels. Au moment du confinement en mars dernier il a ainsi pris part aux discussions sur l’éventuelle reprise du championnat, sur les accords salariaux…

Beaucoup de joueurs y adhérent aujourd’hui ?

Je n’ai peut être pas les tous derniers chiffres mais il me semble qu’il représente environ 92% des footballeurs professionnels. Sachant qu’on peut aussi toujours en faire partie à la fin de la carrière et profiter notamment des aides à la reconversion. Aucun footballeur ne doit être laissé seul.

Avant d’entrer au Comité Directeur, tu étais déjà impliqué si je ne me trompe pas ?

Non c’est bien ça, j’étais délégué au sein du GF38. En gros on est en général deux délégués par club, on recueille les problématiques des joueurs de l’équipe qu’on fait remonter auprès de l’UNFP. Sur un plan plus anecdotique ce sont également les délégués qui votent sur les « joueurs du mois ».

Qu’est ce que cela change pour toi d’entrer au sein du Comité Directeur ?

Je vais pouvoir participer plus activement, en apportant mon regard et mes avis lors des réunions du Comité. Ma parole aura plus de portée.

C’était une envie personnelle ou tu as été sollicité ?

Philippe Flucklinger, délégué régional (et ancien gardien du FC Metz, il a joué avec Philippe Hinschberger, ndlr) m’a proposé de rejoindre le Comité Directeur et a porté ma candidature. De mon côté cela m’intéressait de participer davantage au dialogue, de défendre nos joueurs et de découvrir un peu tout ça de l’intérieur.

Dernière question : quels sont les gros chantiers en cours ou de demain, si tu as déjà un peu de visibilité sur ça ?

Les gros chantiers n’ont pas encore été définis. Il y aura sûrement des choses un peu d’actualité comme la Ligue 1 à 18 ou à 20 ou les questions de durée d’un premier contrat pro par exemple.

Leave a Comment