Avant #PFCGF38 : Achille Anani, pari gagnant ?

Avant #PFCGF38 : Achille Anani, pari gagnant ?

Alors que Moussa Djitté avait pris un temps d’avance dans la hiérarchie des attaquants ces dernières semaines, Achille Anani devrait retrouver le costume de titulaire ce samedi dans le choc face au Paris FC. Avec humilité mais ambition.

Si l’alternance a longtemps été de mise entre Djitté et Anani, c’est désormais moins le cas, le Sénégalais ayant endossé le costume de titulaire du poste depuis plusieurs semaines. L’ancien buteur de Bourg-Péronnas n’a ainsi plus été titulaire depuis le match face à Guingamp… alors que son « concurrent » était suspendu.
Depuis, il a enchaîné des bouts de match (entre 15 et 30 minutes de temps de jeu), pris un carton rouge et surtout enfin retrouvé le chemin des filets, samedi dernier, face à Pau.
Marquer en sortant du banc, Anani en a d’ailleurs fait une de ses marques de fabrique cette saison puisque 5 de ses 6 réalisations l’ont été dans ces conditions. « Quand il rentre il bouscule l’adversaire. C’est peut être plus facile pour lui de rentrer à la 60e que de débuter. », convient son entraîneur Philippe Hinschberger.
Un technicien qui devrait pourtant titulariser l’Ivoirien ce samedi à Charléty. Déjà parce que Moussa Djitté, très moyen samedi dernier, ne s’est quasi pas entraîné de la semaine. Et puis « les gens qui marquent des buts, t’as tendance à les faire débuter, pour jouer sur l’aspect confiance. »

Achille Anani : « On a cet ADN de ne rien lâcher »

Titulaire ou pas, Achille aborde cette affiche avec la même envie et le même état d’esprit que depuis le début de la saison. Pour lui qui découvre la Ligue 2, chaque instant est apprécié dans une saison qu’il estime d’ores et déjà réussi sur le plan collectif. « Vu le classement on peut se dire que c’est un tournant mais on ne se met pas particulièrement de pression. On est là où on ne nous attendait pas, ce n’est que du bonus. On sait ce qu’on a à faire. On sait que c’est une grosse écurie, on ne veut pas aller là bas comme des sénateurs, mais dans l’humilité et pour défendre notre place au maximum. Paris aura plus de pression que nous. Nous on va aller faire le match qu’il faut, on ne va pas se poser de question. On sait aussi qu’on est beaucoup une équipe de transition. On va vite vers l’avant et on a plus de liberté de marquer à l’extérieur.  »

Une formule « match après match » qui a plutôt bien marché jusque là même si les Grenoblois restent sur un couac face à Pau. Une bonne piqûre de rappel pour l’attaquant. « Des fois on a envie de faire des bonnes choses, mais ça ne marche pas. Ce résultat de Pau nous a réveillé. On ne va pas lâcher non plus, on va être difficile à battre jusqu’au bout. C’est vraiment un état d’esprit qu’on a gardé jusqu’à maintenant. La place qu’on occupe n’est pas surprenante parce qu’on a cet ADN de ne jamais rien lâcher et aujourd’hui ça paye. »

Achille Anani : « Je ne me mets pas de limite »

Un ADN que le buteur au parcours atypique porte également en lui. Malgré quelques baisses de régime pour sa première saison en Ligue 2 et une grosse concurrence interne, pas question pour lui de baisser les bras et de se montrer moins ambitieux. « Je ne suis pas encore satisfait de ma saison sur le plan personnel. Je sais que je peux faire mieux. Je sais où je veux aller. J’ai de grandes ambitions, je ne me mets pas de limite. Il y a de la concurrence, les matchs sont difficiles mais je sais que je vais avancer et montrer tout le potentiel que je connais de moi. Avec Moussa on a eu chacun sa période depuis le début de la saison. Tant qu’on garde le bon état d’esprit ça ne pénalise pas le groupe. Même si tu joues moins, il faut aider l’équipe à avancer. La concurrence ne me dérange pas du tout. Je suis content quand Moussa joue et quand il est performant. Je pense qu’il est dans le même état d’esprit. La concurrence est saine et ça pousse l’autre à donner encore plus. »

Avec encore 9 matchs à jouer, et peut être un peu plus, les deux auront de toute façon le loisir de s’exprimer. Ce samedi, c’est Anani qui devrait disposer des premières munitions pour s’illustrer. Et montrer qu’il est un peu plus qu’un joueur capable de marquer en sortant du banc.

La réac en + : une association pérenne avec Djitté ?

« Même si on a peu eu l’habitude de jouer ensemble, aujourd’hui le coach essaie de nous intégrer tous les deux. On a un rôle différent et le coach nous fait confiance pour apporter un plus. On commence à se trouver beaucoup, à se comprendre un peu. On ose tout et j’aime bien cette association. Cela peut être une arme très forte pour la fin de saison. »

Leave a Comment