Après trois défaites de rang, le GF38 se rend à Bastia ce samedi 2 mars dans le cadre de la 27ème journée de Ligue 2. C’est le défenseur Loïc Nestor, très à son avantage lors de ses quelques titularisations, qui s’est présenté face à la presse avant le match.

>>> Le GF38 est-il devenu trop prévisible ?

« On n’avait pas connu une telle série de défaites jusqu’à maintenant. On avait seulement enchaîné deux défaites, contre Pau et Ajaccio. Et à Amiens, nous avions su réagir avec une victoire. Là, après deux déplacements compliqués, on n’a pas su remettre la machine en marche à domicile. En tout cas au niveau comptable. Mais je ne pense pas qu’il faille commencer à s’alarmer. Ni à se voir plus beau qu’on est. Il faut continuer à travailler, c’es le seul moyen qu’on a de réagir à des situations comme celle-ci. Ce n’est pas la fin du monde mais on a conscience que si on veut rester là-haut, il faut vite arrêter l’hémorragie.

Un de mes anciens coachs disait : «  quand on tombe, avant de courir, il faut d’abord se remettre à marcher ». Donc pour nous il faut refaire tourner la machine à points. Cela ne sera pas facile parce qu’on sait que cette équipe de Bastia est performante à domicile. Mais ce n’était pas facile non plus à Amiens quand on était sur deux défaites d’affilée. Il faut y croire ! Nous, personnellement, on y croit et on sait que si on veut rester là-haut, ça va passer par aller chercher des points dans ce genre de matchs. Dans tous les cas il faudra prendre des points et ça commence dès demain.

Il reste 12 matchs et tous les matchs commencent à compter énormément. Avec 4 descentes et 5 équipes qui font les barrages ou montent directement, tout le monde va avoir quelque chose à jouer dans sa fin de saison. Là Bastia va jouer pour sauver sa peau. On sait que ce sont des adversaires pas évidents, on l’a vu contre Troyes. Cela sera aussi à nous d’être acteurs de notre football, de notre match. Même à l’extérieur, même face à une équipe qui est performante.

Oui les entames difficiles sont quelque chose d’assez récurent chez nous en ce moment. C’est un axe d’amélioration. On sait qu’on est une équipe basée sur les attaques rapides, donc en prenant le premier but dès le début ça nuit à notre plan de jeu. On doit avoir d’autres flèches à notre arc. On ne doit pas psychoter sur ça mais il faut progresser sur nos débuts de match.

Le football c’est comme une partie d’échec parfois ; donc il faut essayer d’être le moins prévisible possible pour que l’adversaire n’anticipe pas nos coups. Peut être qu’en ce moment on est un peu trop prévisible donc c’est à nous, au staff, d’essayer de changer certains choses pour que les adversaires puissent moins s’adapter. Sur le terrain, on doit nous pouvoir s’adapter, changer de plan si besoin.

Les matchs ne se jouent pas à grand-chose. Contre Pau on marque un but refusé pour hors-jeu de pas grand-chose. Mais on doit être capable de s’adapter au cas de figure. Si on est mené on doit être capable de revenir ; c’est ce qui nous manque en ce moment on sent que quand on est mené c’est compliqué et on ne doit pas se cacher derrière une mauvaise entame. On a déjà montré cette saison qu’on était capable de revenir et d’aller gagner comme à Amiens ou à Caen notamment. Si on est pas toujours capable d’être en action les premiers, on doit être en capacité de réagir. »

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici