Posséder n’est pas gagner : face à Sochaux, le GF38 l’a démontré

Posséder n’est pas gagner : face à Sochaux, le GF38 l’a démontré

Grenoble est l’équipe de Ligue 2 qui a eu le moins le ballon dans ses pieds à l’occasion de la première journée, avec seulement 38% de possession. Une donnée qui n’a pas empêché l’équipe de Philippe Hinschberger de s’imposer de manière tout à fait légitime.




C’est une tendance forte du football mondial depuis plusieurs années, mise en exergue à l’occasion de la dernière coupe du monde : le football de possession, magnifié par le Barça de Pep Guardiola, ne fait plus gagner.

Philippe Hinschberger relevait d’ailleurs à l’issue du match que Sochaux avait « joué à l’espagnol ». Son équipe, notamment en première période, a été effectivement privée de ballon par des visiteurs multipliant un jeu court parfois plus proche de la passe à 10 que de la recherche de déséquilibre. Les chiffres ne mentent pas : le GF38 a eu le ballon pendant 38% du match. C’est tout simplement le plus faible pourcentage pour une équipe lors de la première journée de Ligue 2. Alors que les Isérois évoluaient devant leur public.

Au-delà du style de l’adversaire, cette volonté de laisser le cuir aux Sochaliens était (en partie, peut-être pas dans ces proportions) voulu. Les Grenoblois ont décidé de défendre bas pour empêcher leurs opposants de prendre la profondeur et de mettre de la vitesse dans leur jeu. La charnière centrale a parfaitement muselé les attaquants doubistes. Eric Vandenabeele est d’ailleurs le joueur de Ligue 2 à avoir effectué le plus de dégagements défensifs au cours de cette première journée (16).

Plus de tirs pour le GF38

Les Grenoblois ont ainsi concédé très peu d’occasions franches, et les quelques opportunités sochaliennes en eu lieu en toute fin de match quand le FCSM a jeté ses dernières forces dans la bataille. Là aussi, les chiffres ne mentent pas : 11 tirs pour le GF38 (dont 2 cadrés), seulement 8 pour Sochaux (dont 2 cadrés).

Peu d’occasions concédées, davantage de situations en sa faveur et une victoire au bout : le plan grenoblois a été parfait. Ou presque. En première période les coéquipiers de Maxime Spano ont par exemple rarement réussi à mettre en place des phases de transitions rapides. En abusant des longs ballons à destination d’un Belvito trop esseulé (seulement 23% de duels gagnés et 41% de passes réussies dans le camp sochalien – sur l’ensemble du match, sachat que sa seconde période a été meilleure), ils ont rendu le ballon rapidement.
Hinschberger a corrigé ça à la pause avec un position plus haut de son équipe. M’Changama a fait étalage de son volume de jeu et de ses qualités au cours des 45 dernières minutes et les solutions offensives ont été plus nombreuses.

Un style de jeu grenoblois auquel il faudra s’habituer, d’autant plus s’il permet d’engranger les bons résultats.

Crédit photo : fcsochaux.fr

  1. By Julien Deletraz, le sens du collectif on 08/08/2018 at 17 h 05 min

    […] premier (et la suspension de Jessy Benet lors de la première journée) lui ont finalement offert une première titularisation face à Sochaux puis, face à sa bonne prestation, une seconde dans la foulée au […]

Leave a Comment