Le Tour de France des supporters de Ligue 2 : Laure (Le Mans FC)

Le Tour de France des supporters de Ligue 2 : Laure (Le Mans FC)

Pour notre 14ème épisode de notre Tour de France des supporteurs de Ligue 2, nous avons pu discuter avec Laure, fidèle supportrice du Mans, où le GF38 se déplacera vendredi soir.

L’équipe du Mans a connu une trajectoire tumultueuse récemment, comment et quand ta passion pour ce club a-t-elle commencé ?

“Tout simplement depuis toute petite. Je suis née au Mans, mon père était supporter du club, allait au match avec même parfois ma mère aussi. J’ai tout de suite aimé le foot et la passion pour le club est venue immédiatement, je ne me voyais pas supporter un autre club français. Je ne me souviens pas de mon premier match au Stade Bollée, mais je me rappelle qu’à 8 ans j’y allais déjà, même en béquilles.”

Et durant toutes ces années, si tu devais garder un seul souvenir, lequel ce serait ?

“Vachement dur comme question ça! Car il y en a un paquet de souvenirs! Rien que les deux montées L2 vers L1, ou celles de la DH vers la L2. Mais hors montées, je suis tentée de dire que le match Le Mans-Lens en demi-finale de Coupe de la Ligue (le fameux 4-5) fut un match inoubliable avec un scénario magique (mais cruel). Ce match reste ancré dans ma tête et dans celles de tous les manceaux (et il y avait faute sur Romaric et donc ce 5ème but lensois n’était pas valable).”

Comment as-tu vécu la saison passée en National et la montée du Mans ?

“A l’entame de saison, je pensais que la saison serait réussie si on se maintenait vite et sereinement, mais on a vite senti que l’équipe était dans la continuité de l’excellente saison en N2 malgré les départs et les arrivées de joueurs. Le fait de continuer à voir réussir le même jeu en National que celui pratiqué en N2 était déjà pour moi un plaisir et je ne plaçais pas une montée comme un objectif obligatoire mais plus comme un bonus si cela arrivait. Ainsi, quand l’équipe a connu son trou d’air dans les résultats (dans le jeu, ça restait cohérent, mais la réussite fuyait), je n’étais pas inquiète. Et étonnement c’est une défaite dans le derby à Laval qui a relancé l’équipe pour une fin de saison canon, combinée à une fin catastrophique des Lavallois. Et puis, comment ne pas parler de ce barrage aller-retour contre le Gazelec?! Un match aller dans un stade plein avec un bon match au niveau du jeu mais marqué par une défaite 1-2, et puis après ce match retour avec ce scénario digne du cinéma! Entre ce but refusé à 0-0 à notre capitaine, puis ce pénalty sifflé mais arrêté par le jeune gardien (qui remplaçait depuis le derby le titulaire blessé à la main), et puis ce retourné à la dernière seconde de Soro qui avait connu une saison galère sans réussite alors qu’en N2 il avait formé un duo de feu avec Créhin! C’est pour ce genre de moment qu’on aime tous le foot”

Et concernant le début de saison un peu plus compliqué cette Ligue 2, comment l’expliques-tu ?

“On peut l’expliquer par plusieurs choses. Déjà, par le manque d’expérience du monde professionnel, de la Ligue 2 de beaucoup de nos joueurs, ainsi que de l’entraineur Richard Deziré qui a grimpé avec nous du CFA2 vers la Ligue 2 et qui n’avait jamais connu plus haut que le National. Il y a aussi le manque d’automatisme entre les joueurs car il y a eu pas mal de mouvements cet été. Sans oublier une infirmerie jamais vide (et qui est encore bien remplie en ce moment). Le troisième point se voit quand on regarde les matchs de ce début de saison: on avait un manque de réussite (malchance, arbitrage bizarre, réussite maximale des adversaires qui avait 1 demi-occasion = 1 but) car dans le jeu on était présent (d’ailleurs les entraineurs adverses à la fin des matchs lors des conférences de presse qui encensaient l’équipe et notre jeu). C’est la principale raison pour laquelle je n’étais pas plus inquiète que ça pour la suite car en plus le championnat semble très serré cette saison avec beaucoup d’équipes proches les unes des autres. On a la chance d’avoir un duo Président (l’ancien troyen Thierry Gomez) – Entraîneur (coach Richard Deziré) qui travaille bien ensemble.”

Par rapport au match opposant Le Mans à Grenoble, vendredi, que peux-tu nous dire sur le GF38 ?

“J’avais suivi la descente aux enfers en CFA2 du GF38 et j’étais contente de voir le club revenir en Ligue 2 la saison passée (par les barrages contre une équipe entrainée par Della Maggiore comme nous cet été). Et puis le GF38 me fait obligatoirement pensé à quelques joueurs passés par les deux clubs, notamment Daisuke Matsui qui n’a véritablement réussi qu’au Mans (et quelle réussite!) ou encore Jacques-Desiré Périatambée qui était un vrai soldat comme on dit. Et puis quand on parle de Grenoble on pense obligatoirement à la légende Nassim Akrour! Quel homme et quel joueur!”

Le joueur à surveiller côté Manceau durant ce match?

“Les derniers résultats sont plus collectifs, mais on va dire que notre petite pépite Stéphane Diarra (20 ans) est un poison grâce à sa vitesse et surtout ses dribbles sur son côté droit”

Enfin un pronostic?

“Je vais dire un 2-0 pour Le Mans, Bevic Moussiti-Oko et Aboubakary Kanté en buteurs.”

Leave a Comment