Le GF38 est rentré dans le rang

Le GF38 est rentré dans le rang

Depuis quelques mois nous nous étions pris à rêver, si ce n’est de Ligue 1, au moins aux petits frissons causés par la participation à un barrage d’accession, accessit inespéré l’été dernier pour le promu grenoblois pour son retour en Ligue 2 après sept longues saisons d’absence. Nous n’allons pas nous muer en devin ou en pronostiqueur, un bookmaker comme ladbrokes le ferait bien mieux que nous, vu la complexité à décoder ce championnat de Ligue 2 – la victoire de Valenciennes à Clermont ce week-end est la dernière illustration du « tout est possible » d’une semaine sur l’autre ; si de votre côté vous êtes un as des paris sportifs vous pouvez toutefois tenter votre chance sur ce site. Grenoble a d’ailleurs déjà montré, l’année de sa montée en Ligue 1, qu’une série réalisée en fin de saison pouvait permettre d’aller décrocher une place intéressante. Mais force est de constater que les troupes d’Hinsberger n’avancent aujourd’hui plus et que les maux dont souffre l’équipe se répètent inlassablement d’une semaine sur l’autre.

Le GF38 au point mort

Début décembre, tous les voyants étaient aux verts. Les coéquipiers de Spano Rahou venaient de tenir en échec Lens puis Metz, après deux prestations convaincantes, avant de s’imposer magistralement sur la pelouse de Béziers (0-3). Au soir de la 17ème journée de Ligue 2, le GF38 était troisième du classement en compagnie du RCL, à seulement 3 unités de Brest (mais seulement 3 longueurs devant le 8ème également).
Un peu plus de deux mois plus tard, le constat est moins reluisant. L’équipe de PH reste sur 7 matchs sans victoire en championnat (4 nuls et 3 défaites). Elle a glissé à la 9ème place du classement et le podium désormais à 8 points (et Brest à 14, les Bretons ont donc pris 11 points en 7 journées!). La 5ème place, qui assurerait de disputer les barrages, reste à 4 longueurs malgré tout mais si la dynamique actuelle se poursuit, elle ne devrait plus tarder à sortir des radars non plus.

Des maux, guère de remèdes

Pour repartir de l’avant, il va falloir régler les problèmes observés pendant cette période de disette. Nous en avons plus précisément ciblé deux :
– l’efficacité offensive : c’est un peu le marronnier du GF38 chaque saison, à l’exception de petites périodes plus fructueuses. Les occasions sont là, les buts non. Confiance, réussite, carences individuelles… Dans ce registre très particulier, on sait que les explications sont difficiles à cerner et que tout peut revenir (ou disparaître) très rapidement. On peut tout de même constater que Flo Sotoca est dans le dur en ce moment et que le GF n’a pas de « tueur » devant le but dans son effectif.
– l’usure (physique et psychologique) : les joueurs s’en défendent mais on peut se demander si après deux saison éprouvantes en CFA et National plus un gros début de saison en Ligue 2 (au-delà des espérances, il faut le rappeler encore une fois : le promu fait une très belle saison) si les esprits et les corps n’éprouvent pas un besoin légitime de souffler. L’infirmerie ne désemplit pas, certains éléments manquent de jus ou de peps dans les duels et la première période face à Lorient a montré une équipe qui ne semblait pas avoir particulièrement envie d’aller au combat, alors que cela reste une des principales forces des Grenoblois.

Les solutions miracles n’existent malheureusement pas : travail de motivation du staff, retour du facteur réussite, faire souffler quelques éléments clés… Il peut suffire d’une petite étincelle pour faire repartir l’équipe vers une fin de saison trépidante. Mais le temps passe et plus le « top 5 » s’éloigne, plus il nous semble compliquer de trouver des leviers pour faire repartir la machine grenobloise.

Leave a Comment