Grenoble a fait régner la loi du milieu

Grenoble a fait régner la loi du milieu

Choix payant ! En titularisant Jessy Benet, Philippe Hinschberger a eu le nez creux. Buteur et globalement très à son avantage, l’ancien du DFCO a pesé sur le résultat final. S’il a mis un peu de temps à trouver son équilibre, c’est d’ailleurs tout le milieu grenoblois qui a impressionné face aux Chamois Niortais. Retour sur une victoire qui ne souffre d’aucune contestation.




Du retard à l’allumage

C’est une constante depuis le coup d’envoi de la Ligue 2. Les entames de match des coéquipiers de Maubleu sont difficiles. Contre Niort, c’est Maxime Spano Rahou qui s’est montré fébrile. Mis sous pression par Jacob et Leautey, il a perdu plusieurs ballons. Sans conséquences fâcheuses, heureusement.

La bonne formule au milieu

On s’y attendait : Jessy Benet a été titularisé. Dans une rencontre où Grenoble allait avoir plus souvent le ballon, il s’agissait d’apporter une touche de technique supplémentaire à la place du « gratteur » Deletraz, moins utile dans cette configuration de match.
Pourtant les premières minutes ont été difficiles, Grenoble peinant à remonter proprement le ballon dans un système où M’Changama évoluait juste derrière Boussaha et Benet à peine plus en retrait.
Conséquence : Hinschberger a procédé à quelques réajustement en faisant redescendre M’Changama à hauteur du précieux Coulibaly (dans l’ombre de ses deux partenaires du milieu, mais quel match d’Ibou à la récupération !) et en faisant jouer plus haut Benet.
L’ancien du Gaz, de par son volume de jeu, a pu à la fois être à la première relance et apporter sa présence sur les phases offensives – c’est d’ailleurs lui qui s’arrache pour offrir le ballon sur le but. On ne peut pas le dire mieux que l’entraîneur alpin : M’Changama est énorme dans chaque partie du terrain. Avec un Benet juste dans ses passes souvent vers l’avant et souvent en première intention le GF38 s’est montré séduisant dans la construction. Et avec une touche de réussite/efficacité supplémentaire le match aurait pu être plié. A noter également la très bonne prestation de Jessy dans les duels et la récup’, pas forcément ses qualités premières.

Un potentiel offensif à affiner

Là où le bât blesse c’est que les attaquants alignés ou qui sont entrés en jeu n’ont pas marqué. Ce n’est pas forcément ce qu’on leur demande (nous tant que Grenoble gagne ça nous va) mais c’est ce que le public va retenir.
Pourtant on a vu du bien et du mieux. Repositionné côté droit, Sotoca a fait son meilleur match en posant beaucoup de soucis à l’arrière-garde niortaise dans les 25 derniers mètres. Boussaha et El Jadeyaoui peuvent apporter plus, être davantage décisifs mais dans un cadre collectif , ils ont apporté leur pierre à l’édifice. Le premier a toujours cette tendance à être trop souvent sifflé hors-jeu mais c’est son jeu d’être à la limite. Il s’est bien entendu avec ses coéquipiers (Sotoca et Benet en tête), continue de perdre un minimum de ballon. Un petit but pour le mettre en confiance et valider ses efforts serait désormais parfait. L’ancien Lensois s’est bien battu, a gagné quelques duels mais on l’attend davantage sur sa grosse qualité de centre, comme il a su le faire lors de la préparation. Chergui continue ses bonnes entrées en jeu et Jigauri a déjà réussi à faire frissonner de plaisir le public du Stade des Alpes en quelques minutes de jeu.
Si le GF38 n’a pas L’attaquant (avec un grand L) qui finira la saison à 25 buts, il a tout de même des armes intéressantes, dans des profils différents. Il suffit parfois d’une petite touche de confiance en plus… C’est tout ce qu’on leur souhaite vu les efforts consentis.

C’est pas la taille qui compte

On a parlé des difficultés de Spano, le capitaine s’est quand même bien rattrapé en fin de match en allant contrer un Niortais qui avait une balle d’égalisation. Globalement la défense grenobloise s’est en très bien sortie. Mombris a lui aussi fait son meilleur match sous le maillot grenoblois à notre goût, en apportant en plus un peu plus offensivement (2 fois plus de centres réussis sur ce match que lors des deux premiers cumulés). Et Eric Vandenabeele confirme que sans être le défenseur le plus imposant du championnat, il arrive à rivaliser face à de sacrés morceaux, Dona Ndoh en l’occurence, qui a parfois réussi à bien jouer dos au but mais qui a été la plupart du temps très bien muselé par VDA.

En conclusion on peut raisonnablement dire que le GF38 a pris la température de la Ligue 2, en s’appuyant sur sa grande force de l’an passé, sa solidité défensive, tout en s’attelant à produire plus de jeu. Beaucoup de choses restent à parfaire (les entames, l’efficacité) mais les présents ont montré que Grenoble partait sur de bonnes bases alors que certains absents sont également attendus pour apporter une plus-value. Avec 7 points au compteur, Hinscherger et son équipe peuvent en tout cas travailler sereinement.

Crédit photo : LFP

Leave a Comment