GF38 – La prépa’, c’est leur dada

GF38 – La prépa’, c’est leur dada

Les hommes du moment, ce sont eux. Mathieu Eyssard, annoncé à 49 ans sur le site officiel du GF38 mais qui n’en paraît pas plus de 27, le poil soyeux et l’œil pétillant. Et Micka Diafiera, qu’on ose à peine encore présenter, le mousquetaire grenoblois, présent dans le staff de l’équipe 1 depuis 2011 et qui a fait une insoupçonnée grande carrière de gardien dans une précédente vie.

En plus d’apporter quotidiennement sa bonne humeur, le duo compose le staff « préparation physique » du Grenoble Foot 38. Et comme vous vous en doutez, leur travail est conséquent et particulièrement important à cette époque de l’année.

Un travail d’équipe

Ils ne sont pas trop de deux pour préparer au mieux les Grenoblois tout au long de l’année, et plus spécifiquement en cette période cruciale de « pré-saison ».

« On peut même dire que c’est une travail d’équipe qui concerne l’ensemble du staff en ce moment. On travaille en collaboration avec les coachs (Philippe Hinschberger et Francis de Percin) et avec l’entraîneur des gardiens (Arnaud Genty) pour pouvoir amener les organismes des joueurs à leur niveau optimal. », explique Diaferia.

En ce moment, Mathieu Eyssard s’attelle un peu plus à la ré-athlétisation des joueurs sur le retour alors que Mika est avec l’équipe. Mais les échanges restent très nombreux, avec également de nombreuses tâches « bureautiques », comme la collecte des données.

La technologie au service de la performance

Le système D des années amateurs a laissé place au professionnalisme. C’est aussi vrai dans le domaine de la préparation physique. Depuis l’an passé, les footballeurs grenoblois sont équipés d’un système GPS qui enregistre toutes les données de leurs efforts. « Le club a fait un investissement important l’an dernier », détaille Diaferia. « Il y a une vraie volonté de professionnalisation du suivi des joueurs. L’an dernier, on découvrait la technologique un peu au jour le jour, d’autant qu’il y a peu d’études poussées sur la question. C’était intéressant pour nous parce que ça nous a amené aussi à réfléchir à ça par rapport à notre méthode de travail. »

Le matériel doit amener à tendre le plus possible vers une personnalisation du programme. « Dans l’idéal c’est ça mais c’est aujourd’hui très compliqué de pouvoir proposer une charge de travail et un programme vraiment individualisé. On est pour le moment davantage sur de la spécification par poste. »

Un plan canicule

La technologie c’est bien, mais ça ne fait pas tout. Les préparateurs physiques sont aussi dans l’humain, dans le ressenti, dans l’écoute. Pour l’anecdote, Mika Diaferia nous a confié amusé que les retours de l’hôpital où les joueurs sont allés passés des tests (c’est une mesure obligatoire imposée par la LFP pour prévenir des risques cardiaques notamment) faisaient état de « joueurs très bien éduqués ». « C’est quelque chose d’important pour nous et c’est donc le genre de retour qui nous fait particulièrement plaisir. »
Ces premiers jours de reprise sont aussi l’occasion d’apprendre à découvrir les petits nouveaux. D’un point de vue préparation, le ballon a rapidement fait son apparition pour mettre de suite du contenu technique parallèlement au contenu athlétique. La préparation ne fera que 5 semaines et demi, c’est relativement court.
D’autant qu’il faut parfois jongler avec des conditions pas toujours évidentes. Jeudi dernier il pleuvait par exemple, une première depuis de très longues années pour une reprise. Alors que cette semaine nous aurons droit à une canicule.

« Cela nous fait un peu peur », concède Mika. « Peu de joueurs ont l’habitude de telles conditions. D’un point de vue physiologique cela peut avoir des conséquences. Du coup on réfléchit avec le staff, on a déjà un éventuel plan B si on voit que les conditions sont trop impactantes pour les joueurs. »

Une réactivité qui fait partie du métier. Un métier qu’Eyssard et Diaferia maîtrisent à merveille, mêlant rigueur professionnelle à une nécessaire empathie.
Un duo qui fonctionne et qui fait fonctionner les joueurs du GF38, sur lesquels ils portent un regard protecteur.

Leave a Comment