GF38 – Bon elle commence quand cette saison ?!

GF38 – Bon elle commence quand cette saison ?!

Pour son septième match de préparation, le GF38 s’est incliné face à l’AC Ajaccio, dans son Stade des Alpes, ce vendredi. Un bon galop d’entraînement, gâché par la blessure de Nestor, pendant lequel la formation alpine a pu travailler son jeu long et son bloc défensif. L’anecdotique but encaissé en fin de match est venu rappeler l’importance de rester concentrer pendant 90 minutes. L’essentiel sera d’être prêt pour le coup d’envoi du championnat. D’ici là, le groupe devra parfaire ses automatismes.

Attendez une minute…

Et oui la réception de l’ACA était pourtant bel et bien un match officiel. A notre décharge, les coéquipiers de Brice Maubleu ne l’ont semble-t-il pas davantage compris.

Devant un maigre public (5343 spectateurs, la fameux mois d’août grenoblois, mais comparativement vous étiez 7032 il y a un an contre Sochaux), les Grenoblois auraient pourtant pu être inspirés par la banderole déployée au coup d’envoi par le kop : « Faites perdurer l’état d’esprit des saisons passées ». Un message visiblement mal interprété, le GF38 pensant que cela faisait référence à la seconde moitié du dernier championnat.

On est sensible à l’argument « automatismes » à travailler. Mais la nouveauté n’empêche aucunement de mettre en place des choses simples mais efficaces. Courtet, arrivé depuis moins un mois à Ajaccio, l’a parfaitement démontré. Rien d’étincelant mais un match très précieux dans la fixation et la remise. Il a pesé tout le match, permis au bloc ajaccien de remonter, fait briller ses partenaires. Il a eu envie. Et d’envie il a gravement fait défaut côté grenoblois.

Une stat’ résume à elle seule l’indigence de la prestation iséroise ce vendredi : une frappe en 60 minutes. Une misérable frappe, quand les visiteurs en avaient placé 8. A domicile, contre une équipe qui ne fait pas partie des cadors du championnat. A partir de là, difficile d’espérer grand chose et la défaite finale n’a rien d’illogique.
Une autre action des 45 premières minutes peut être sauvée : parfaitement lancé dans la profondeur par M’Changama, Ondaan a pu faire jouer sa vitesse sur son côté droit. La conclusion ne fut pas au rendez-vous – et là on peut effectivement sortir l’argument « automatismes à trouver » , mais au moins le GF38 a pu mettre en place une situation simple mais intéressante, basée sur la qualité de ses joueurs.

Le problème ? Ce fut un acte isolé. Abus de long ballon stérile, peu de débordements, déchet technique important… l’animation offensive fut proche du néant. Et défensivement on ne peut pas dire que ce Grenoble présente encore des garanties rassurantes. Maubleu est fautif sur le but ajaccien mais sans le Jarrois et de la maladresse chez l’ACA, l’affaire aurait pu être pliée avant.

Puisque Philippe Hinschberger a utilisé l’expression en conférence d’après-match, on se permet de nous l’approprier : un match de merde, à l’exception des dernières minutes où le GF38 a pris conscience que la combativité n’était pas optionnelle.
On ne doute pas de la qualité des joueurs de cette équipe. On ne doute pas qu’il faille être patient pour que collectivement ce GF38 puisse exprimer son plein potentiel. Il n’en demeure pas moins que Grenoble a livré une prestation TRES en deça de ce qu’il est capable d’offrir en ce début du mois d’août.

« Faites perdurer l’état d’esprit des saisons passées » : le message était pourtant clair. Espérons qu’après ce match compliqué, il soit entendu.

Le fiche technique du match

A Grenoble, Stade des Alpes, Ajaccio bat Grenoble 1-0 (mi-temps : 0-0). Arbitre M. Perreau Niel, assisté de MM. Philippe et Gaillard. Temps agréable, pelouse bonne. 5343 spectateurs.

But : El-Idrissy (87e) pour Ajaccio.

Avertissements : Elogo (40e), Djitté (63e), Pickel (64e), Vandenabeele (88e) à Grenoble ; Laci (35e), Lejeune (59e), Cavalli (64e) à Ajaccio.

GF38 (433) : Maubleu (cap.) – Monfray, Gibaud, Nestor (Vandenabeele, 8e), Mombris – Pickel, M’Changama, Elogo – Ondaan (Michel, 77e), Djitté, Raspentino (Semedo, 55e).

ACA (4231) : B. Leroy – K. Lejeune, Choplin, Avinel, Huard – Laci (Corinus, 89e), Coutadeur – Bayala, Cavalli (cap.) (El Idrissy, 66e), Zady Sery (Tramoni, 81e) – Courtet.

1 Comment on this Post

  1. NARBONE

    oui, franchement un match pourri, « POURRAVE » comme on dit par ici…
    je pense qu’il y en a beaucoup comme moi qui hésiteront avant de racheter des billets s’ils jouent comme ça, ou qui attendront de voir la suite.
    à part ça s’ils jouent comme ça, c’est la redescente assurée en national !
    à bon entendeur…

    Répondre

Leave a Comment