Face à Face Yann Benedick (FC Villefranche Beaujolais) – Raphaël Gherardi (GF38)

Face à Face Yann Benedick (FC Villefranche Beaujolais) – Raphaël Gherardi (GF38)

L’un à rejoint Villefranche cet été, l’autre Grenoble. Yann Benedick et Raphaël Gherardi se croiseront peut-être ce samedi. Se recroiseront pour être précis puisque les deux joueurs offensifs ont déjà une belle histoire commune du côté de Strasbourg où ils ont été ensemble champion d’Alsace en 2010 et champion de CFA2 en 2011 avec la réserve avant de partir s’épanouir dans d’autres clubs (Benedick est revenu quelques mois au Racing l’année de la montée en National). Interview croisée des deux potes alsaciens (ici en photo au centre de formation du Racing, crédit : l’Alsace).




Les premiers souvenirs communs

Yann Benedick (YB) : On a fini effectivement notre formation ensemble et se sont de supers souvenirs puisque nous avons remporté deux titres avec le Racing alors qu’on avait 18-19 ans. On s’est tout de suite très bien entendu. Sur le terrain c’était mon passeur, j’étais son buteur.
Le petit délire commun qu’on a s’est en effet de s’appeller double fouille et triple fouille (rires). Mais il n’y a pas vraiment de signification derrière, je l’appelais Raphouille et c’est venu de là…
Depuis qu’on a quitté le Racing on ne s’est jamais retrouvé sur un même terrain si je me trompe pas. Il était venu voir le match Mulhouse – Sarre-Union (l’ancien club de Yann) l’an passé.

Raphaël Gherardi (RG) : Quand j’étais en jeunes à Mulhouse on jouait les derby contre Strasbourg et donc Yann évoluait déjà en pointe et donc on connaissait un peu les joueurs à force de jouer les uns contre les autres.
Mais je dirais qu’on a vraiment appris à se connaître lors de mon arrivée à Strasbourg en 15 ans et lorsqu’on a fait toutes nos années ensemble â la formation jusqu’à nos débuts avec l’équipe professionnelle ! Le souvenir que je garde de lui c’est que c’était vraiment un super coéquipier, avec le sourire, agréable et super sympa . Un très bon mec !
Je confirme pour les surnoms, c’est venu comme ça. On avait beaucoup de moments où l’on rigolait au centre Des délires de jeunesse (rires).

Qualités et défauts de l’autre

YB : Au niveau des qualités de Raph je dirais sa frappe et sa technique qui a toujours été très au-dessus de la moyenne. Pour ces défauts c’est plus difficile à dire. A l’époque il souffrait peut être encore d’un manque de puissance mais il a eu le temps d’évoluer à ce niveau là ! J’aurais l’occasion de voir ses progrès samedi (rires).

RG : Je me souviens que j’étais très impressionné par ses qualités physique à son âge. C’était vraiment impressionnant. Il était en avance sur les autres ! Il était tres puissant, courrait très vite êt au duel à l’épaule tu pouvais t’accrocher pour le bouger l’animal (rires. C’était le profil de l’attaquant idéal, qui avait un sens du but nettement au-dessus de la moyenne.
Pour son défaut je me souviens qu’il était très mauvais à FIFA à l’époque (rires).

Leur arrivée dans un nouveau club cet été, le début de saison et l’objectif en championnat

YB : Mon arrivée s’est super bien passée. Je connaissais déjà 2-3 joueurs et le reste du groupe m’a très bien accueilli. Villefranche c’est une belle bande de potes, avec un bon état d’esprit et mon intégration a donc été très facile.
Le début de saison est globalement positif. On a fait un excellent début mais on marque un peu le pas depuis quelques semaines avec notamment une défaite en coupe de France le week-end dernier (à Saint-Marcellin, équipe qui évolue en Honneur Régional). Donc ça va être important de se relancer.
Pour le moment l’objectif c’est le podium et de rester en course à la première place le plus longtemps possible. On verra avec l’avancée de la saison si on peut viser plus haut.

RG : J’ai découvert un nouveau club, très agréable, aussi bien du point de vue du club en lui-même que des personnes qui sont au club. Il y a une très bonne ambiance et des excellentes infrastructures pour pouvoir travailler.
D’un point de vue personnel pour le moment ca se passe plutôt bien, jessaye de rendre du mieux possible la confiance que le coach me donne. D’un point de vue collectif pour le moment nous sommes sur une belle série en étant invaincu depuis le début de saison et en ayant éliminé Annecy en coupe de France. On doit encore corriger quelques points, notamment dans l’efficacité offensive pour tuer plus rapidement les matchs au vu du nombre d’occasions que l’on a.
L’objectif pour nous est clairement la montée et rien d’autre, on ne se le cache pas.

La rivalité Villefranche – Grenoble

YB : L’an passé j’évoluais dans la même poule que les deux équipes avec Sarre-Union et j’avais également fait 6 mois en fin de saison avec Strasbourg l’année de la montée en National, il y avait aussi Grenoble et Villefranche avec nous. Je suis donc d’un peu de loin. Je sais que notre club tous les matchs en Rhône-Alpes sont spécialement importants, il y a un aspect mini-derby. On nous a fait comprendre cette semaine que ce match était particulièrement important.
Je n’ai pas été en contact avec Raph’, j’attendrais le jour du match pour lui lancer quelques pics sur le terrain (rires).

RG : C’est vrai que nous ne nous sommes pas encore branché sur le mâtch pour le moment (rires). On se verra le jour du match tranquillement et on avisera en fonction du résultat.

Le meilleur ?

Yanne Bénédick : Aaaaa, c’est difficile comme question ça (rires). Je dirais que sur le plan de la technique il n’y a pas photo il est bien meilleur que moi, par contre je veux bien le prendre à la course sans soucis (rires). On verra le résultat de samedi pour pouvoir répondre à la question !

Raphaël Gherardi : Ahhhhhhh très bonne question à laquelle je ne saurais répondre (rires) Nous sommes deux profils totalement différents ! Mais je dirais que nous sommes très complémentaires par rapport à nos qualités. C’est pour cela que cétait un régal pour moi d’avoir un attaquant comme lui devant moi.

Leave a Comment