Boulogne – GF38 : the Good, the Bad, the Queen

Boulogne – GF38 : the Good, the Bad, the Queen

Retour sur ce qu’on a apprécié, ce qu’on a moins aimé et sur la « Queen » (joueur, fait de match…) de la rencontre entre l’USBCO et le Grenoble Foot 38 de ce vendredi 18 août.




The Good

Défense de passer !

Encore perfectible dans ses relances cette saison, Brice Maubleu a en revanche parfaitement fait ce qu’il a eu à faire. C’est à dire pas grand chose. Comme l’an passé l’ultime rempart grenoblois est très peu sollicité, mais reste concentré pour sortir la parade quand il le faut, comme sur une frappe de Kaboré ce vendredi.
Ses défenseurs ont une nouvelle fois été infranchissables, ou presque, avec toujours cette capacité à défendre debout et à ne jamais se faire effacer, quitte à faire faute.
La défense est sur ce match, comme ces dernières saisons, le gros point fort de l’équipe.

Sotoca + Dady = 6 poumons

On parle de défense mais on devrait parler de bloc défensif tant c’est le travail de toute l’équipe qui est à souligner. Mention TB dans ce registre à Flo Sotoca et Francis Dady Ngoy qui ont avalé les kilomètres pendant toute la partie et n’ont jamais rechigné à revenir défendre pour prêter main forte à leur latéral respectif. Sans que cela ne gâche en plus leur rendement offensif. S’il fait moins de différence que l’an passé Sotoca est toutefois passé à plusieurs reprises sur son côté droit d’où vient d’ailleurs le but du GF38. Si on a moins vu Dady offensivement – la plupart des attaques iséroises passant il est vrai par la droite – il était présent dans la surface pour marquer l’unique but du match. Actifs, rigoureux, percutants, les deux ailiers évoluent dans un registre qui bonifie énormément le 433 d’Olivier Guégan.

Belvito (2/15)

Pas de but pour Nicolas ce vendredi mais une passe décisive. Et surtout lui aussi une très bonne prestation, tant dans ses déplacements, que dans son rôle de pivot et son jeu de déviation. Et il n’a pas rechigné au pressing. Loin de là. On disait sur le ton de la boutade lors de la 1ère journée qu’il avait plus travaillé défensivement en 15 minutes que lors des 6 derniers mois. Dit plus sérieusement, le buteur est en confiance et montre une envie appréciable sur le terrain, les deux étant très certainement liés. La concurrence va être sévère en attaque cette année.

Un système et des joueurs bien en place

Grenoble a joué dans le même registre que l’an passé, avec des joueurs connaissant bien leur rôle et la partition à jouer. Peuget, repositionné devant la défense, s’est montré plus à son aise dans un rôle où il s’époumone moins et où sa qualité de passe peut se révéler intéressante. On a déjà parlé de la défense, des ailiers et de Belvito ci-dessus. Finalement le seul joueur moins en vue fut Julien Deletraz. Moins décisif car il a joué moins haut mais ce n’est pas ce qu’on lui demande de faire prioritairement et dans la récupération et la conduite du pressing il a fait le taff.

The Bad

L’animation offensive reste perfectible

Du mieux mais on attend encore plus de Grenoble vu les qualités que l’on connait aux joueurs grenoblois. Ca a mieux combiné que face à Rodez – l’entente Sotoca – Demba semble de plus en plus prometteuse mais il y a peut-être davantage d’équilibre à trouver et surtout le déchet technique a encore été trop important à l’approche des 40 derniers mètres.

Le « niveau National » pas très emballant pour le moment

On se gardera de tirer des conclusions définitives. La saison débute à peine, Boulogne n’avait en plus disputé qu’une seule rencontre jusque là. Si niveau intensité physique on est servi, techniquement les Boulonnais, annoncés comme une des grosses équipes du championnat, ont déçu. Fébriles défensivement – là où les sorties de balle de Rodez la semaine passée étaient d’un tout autre niveau qualitatif, c’est surtout offensivement que les Nordistes se sont montrés très maladroits. Particulièrement à l’approche de la surface grenobloise où les mauvais choix (et centres) se sont multipliés. Sans compter le nombre de fautes dans ce match qui ont empêché à la rencontre de trouver son rythme.
Après 3 journées ce National nous fait penser à ce qu’il s’est souvent dit sur la L1 : des équipes qui cherchent avant tout à ne pas perdre plutôt qu’à gagner, bien en place tactiquement et les décisions ne se font que sur des erreurs défensives.
A côté de ce constat l’ESSG a battu Béziers 4-2 ce vendredi. Il y a donc peut être moyen de voir un peu de « folie » cette saison !

The Queen

Le GF38 en tête du classement

Bien sûr que c’est anecdotique mais putain qu’est ce que ça fait plaisir de voir Grenoble tout en haut du classement du National !
En outre, c’est important de conserver la dynamique de la saison passée et de rester invaincu le plus longtemps possible. Et comme il est coutume de dire, les victoires d’août ne rapportent pas moins de points que celles de mai. Tous les points sont bons à prendre pour faire la meilleure saison possible.

Leave a Comment