Après Ajaccio – GF38 (3-1) : du retard à l’allumage

Après Ajaccio – GF38 (3-1) : du retard à l’allumage

Rentrée ratée pour les footballeurs grenoblois ce vendredi, pénalisés par une première heure de jeu laborieuse, notamment sur le plan offensif où on a frôlé le néant pendant 60 minutes.

Le coup de la panne ? Il faudra attendre les prochaines sorties des protégés d’Hinschberger pour savoir si cette prestation à Ajaccio n’était qu’un accident ou si le mal est plus profond. Un constat peut toutefois inquiéter : la plupart des maux affichés sont connus depuis un moment mais le staff n’a toujours visiblement pas trouvé le bon remède pour les soigner. L’entraîneur dauphinois souhaitait voir son équipe réussir de meilleures entames de mi-temps par exemple. Elle a encaissé un but après 26 secondes au retour des vestiaires ce vendredi, alors que le coup d’envoi était en sa faveur ! Difficile à digérer, alors même que le score de parité à la pause était déjà inespéré.

Pour rester sur les buts de l’ACA (le 3ème est un peu à part Grenoble étant parti à l’abordage), ils symbolisent tout ce qu’on aimerait voir plus souvent au GF38 : de la vitesse sur les côtés, de la justesse sur les centres, un jeu sans ballon (appel, contre appel) intelligent et une finition simple mais efficace.

Si le terme « néant » pour qualifier la prestation offensive iséroise peut paraître excessif, illustrons le de quelques chiffres de la première mi-temps.
Le GF38 lors des 45 premières minutes c’est : 0 occasion, 0 tir, 72% de passes réussies (contre 88 à l’ACA), 1 corner, 4 centres (contre 10 à l’ACA).

Moussa Djitté n’a touché que 10 ballons, dont la majorité loin de la zone de vérité, après avoir été obligé de décrocher pour essayer de participer un peu plus au jeu. Ondaan en a touché 21 mais en a perdu 11.
Le % de passes réussies par les attaquants c’est 63% pour Djitté, 58% pour Elogo, 54% par Ondaan. Pour résumer : peu de ballons et un taux de déchet catastrophique. Seul Benet, est à un degré moindre Belmonte, ont un peu surnagé dans ce marasme.
Le plus incroyable est finalement d’avoir réussi à marquer un but. Le seul corner du premier acte, une nouvelle fois très bien tiré (3ème but sur corner inscrit en 3 matchs par Grenoble, alors qu’il n’y en avait pas eu un seul de toute la saison) a débouché sur un csc de Balaya.

La dernière demi-heure du match a été porteuse d’un peu plus d’espoir pour la suite avec de vraies occasions mais pas d’efficacité (> vidéo de la triple parade de Leroy). Les Grenoblois ont ainsi tiré 8 fois en seconde période (dont 7 tirs cadrés et 3 tirs de l’extérieur de la surface) et centré 11 fois. Semedo, Raspentino et Kristinsson ont tous touché + de ballons que Djitté lors de la première mi-temps et le % de passes réussies a sensiblement augmenté.

Mais comme souvent cette saison le GF38 reste dans la réaction plus que dans l’action. Et réagir ils devront encore le faire face à Chambly dans deux semaines pour ne pas que cette frustration se transforme en frayeur pour la suite et fin de la saison…

Leave a Comment